La rencontre, gustave courbet

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1959 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 2 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Gustave Courbet, La Rencontre ou Bonjour Monsieur Courbet, huile sur toile, 132 x 150,5 cm , 1854, Montpellier, Musée Fabre

« J’ai raison - j’ai raison ! Je vous ai rencontré. C’était inévitable, car ce n'est pas nous qui nous sommes rencontrés, ce sont nos solutions » 1
Lettre de Gustave Courbet à Alfred Bruyas, Ornans, 3 mai 1854.

La solution à cette époque représente une idée nouvelle,elle est la même conception de l'art et de sa représentation entre ce peintre et ce mécène.
1 TEN-DOESSCHATE CHU, Petra, Correspondance de Courbet, Flammarion, Paris, 1996, p 114

Analyse de l'œuvre
I- Identification de l'œuvre. Artiste: Gustave Courbet (1819 à Ornans – 1877 à la Tour de Peilz) Il naît dans une famille de riche propriétaire terrien. A partir de 1833 il prend des cours dedessin et de peinture auprès de Beau, un ancien élève de Gros. Lors de ces années de collège, à Besançon en 1837, il fréquente l'atelier de Flajoulot qui se dit élève de David. En 1839, il quitta ses études de droit pour se consacrer à la peinture et il entre dans l'atelier de Steuben. En 1840, il quitte l'atelier de ce peintre pour travailler en autodidacte en copiant les maîtres du Louvre. C'est unartiste qui voyage beaucoup pédestrement: il ira aux Pays-Bas, en Belgique, en Allemagne et en Suisse. En 1853, Bruyas découvre Courbet lors d'une exposition dont il acheta trois de ses œuvres, Les baigneuses, Les lutteurs, La fileuse endormie. Fasciné par le style de ce dernier il l'invite dans sa demeure, alors qu'ils entretiennent une correspondance, à Montpellier en 1854. Lors de ce voyage ilfera de nombreuses toiles dont celle de La Rencontre. Titres de l'œuvre: La Rencontre ou Bonjour Monsieur Courbet ou encore La Fortune saluant le Génie. Ce dernier a été donné par Alfred Bruyas, lui même, alors que Bonjour Monsieur Courbet est apparu à la suite de l'exposition universelle. Année: 1854 Technique/support: huile sur toile Dimensions: 129 x 149 cm ou 132 x 150,5 cm, selon lesdifférentes sources. Signature: daté et signé en bas à gauche: « 54 G. Courbet » Ancienne appartenance: Cette œuvre fut commandée en 1854 par Alfred Bruyas, un riche collectionneur de Montpellier, qui est aussi le mécène et l'ami de Courbet. Lors de l'exposition universelle de 1855, le tableau est surnommé Bonjour Monsieur Courbet où il fut objet de critiques. Suite à cela, Bruyas l'aurait caché à la vuedu publique jusqu'à sa donation en 1868 à la ville de Montpellier. Lieu de conservation actuelle: Musée Fabre de Montpellier, inv. 868.1.23

II- Identification du sujet. Genre auquel appartient l’objet d’étude: C'est une scène de genre, il s'agit d'une rencontre entre l'artiste et le mécène. Ce dernier est accompagné de son valet ainsi que de son chien breton. Mais elle peut aussi être considéréecomme un triple portrait et à la fois un paysage. Œuvre en rapport: Aucune étude préparatoire est connu concernant ce tableau, cependant il paraîtrait qu'il aurait esquissé avant de peindre.

Sources historiques et/ou littéraire: La Rencontre, illustre bien les rapports mais aussi le passage présent dans la correspondance entre ces deux amis du 3 mai 1854, juste avant son départ pourMontpellier: « Je vous ai rencontré; c'était inévitable car ce n'est pas nous qui nous nous sommes rencontrés, ce sont nos solutions » 2 Sources iconographiques: Ce n'est pas la première fois que Courbet représente Bruyas. En 1853 il avait déjà fait un portrait intitulé Alfred Bruyas ou Tableau solution.

Fig.1 Courbet, Alfred Bruyas dit Tableau Solution, 1853, Huile sur toile, 92cm x 74 cm, Musée Fabre,Montpellier, inv. 868.1.21

Par ailleurs dans sa mégalomanie, Courbet a fait de nombreux portraits de lui dont un en 1854 qui aurait peut-être précédé La Rencontre produite durant ce même voyage, Autoportrait au col rayé. On tend à dire qu'il a été fait avant du fait qu'il écrivit avant de rejoindre Bruyas, au sujet des portraits: « il m'en reste un à faire, c'est l'homme assuré dans son...
tracking img