La representation du corps dans l'art

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages: 6 (1434 mots)
  • Téléchargement(s): 0
  • Publié le: 4 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
«LA REPRESENTATION DU CORPS DANS L'ART.»

I/ Introduction : définition de la problématique..............................................................................pg 1

II/ Reproductions des deux œuvres choisies à analyser, en lien avec la problématique:
Les Marches de l'été, René Magritte, 1938 ; Sans titre, John Coplans, V. 1980.............................pg 2

III/ Analyse desMarches de l'été.....................................................................................................pg 3

IV/ Analyse de Sans Titre................................................................................................................pg 4

V/Bibliographie..............................................................................................................................pg 5

I/ Introduction.

Depuis les Grecs et les Romains, le corps humain, nu ou vêtu a été un des thèmes le plus traité dans l'art occidental. Sa représentation reste le champ de prédilection de nombreux artistes contemporains. Les corps sont représentés de diverses façons tout au long de l'Histoire de l'Art : corps sublimés, corps omniprésents, corps aux proportions parfaites, corpsréalistes, corps morcelés, corps déchirés, corps déformés, corps en souffrance, corps joueurs ou corps frondeurs, corps statiques ou en action, etc...
A travers les âges, le corps est représenté en étroite relation avec le contexte sociologique, psychologique et scientifique de chaque époque.
Ainsi, à l'époque gréco-romaine ou à la Renaissance, la représentation du corps est réaliste etnaturaliste et répond à des idéaux de beauté. Au Moyen Age c'est une représentation d'un corps vil et vulgaire. Au XXè siècle, le culte du corps, transformé par les deux guerres, sert toutes les causes et bouscule tous les conformismes.
Divers mouvements ont traversés le XXè siècle et chacun ont exprimé d'une certaine manière le corps. L'expressionnisme et le fauvisme donnent une vision du corpstourmentée dans la forme ou dans la couleur « fauve ». Ils expriment les tourments de l'âme et de la vie. On peut citer par exemple « Le cri » de Munch (1893). Le cubisme, quant à lui, proposera une vision du corps construite et conceptualisée (« Les Demoiselles d'Avignon » de Picasso, 1907). Puis, le surréalisme, va créer des corps qui semblent sortir d'un rêve, ce sont des êtres hybrides, étranges,comme des personnages fantastiques, les personnages de Max Ernst par exemple en sont les caractéristiques. S'ensuit également le misérabilisme et le réalisme critique avec des représentations tout autant triste et dénonçant les horreurs de la guerre (Bernard Buffet, Otto Dix..). Enfin, l'Art Contemporain fait intervenir des techniques différentes qui ne relèvent pas de la peinture seule (nouveausupport : vidéo, photo, numérique, etc..), le corps prend alors des expressions dans la vie du moment et dans le quotidien. On peut citer le Pop Art , dont Andy Warhol est le plus célèbre des représentants, qui développe des images beaucoup plus optimistes à l'image de la société de consommation des années 60.

Les deux œuvres choisies, Les Marches de l'été, de René Magritte, 1938 et Sans titrede John Coplans, vers 1980, expriment deux manières différentes de représenter le corps et appartiennent à deux mouvements bien distincts que sont le Surréalisme (début XXè) et l'Art Contemporain (fin XXè).
Il m'a semblé intéressant d'analyser la représentation du corps de ces deux œuvres car elles l'expriment totalement différemment, d'une part, par le type de support utilisé et les critèresplastiques et iconiques, puis par ce qu'elles évoquent mais aussi par rapport au contexte de l'époque où elles ont été produites.

1
II/ Reproductions des deux œuvres.

René Magritte, Les Marches de l’été
Huile sur toile, 73 x 60 cm, 1938.

6- John Coplans, Sans titre
Photographie noir et blanc, V. 1980.

2
III/ Analyse des Marches de l'été de René Magritte.

D'un point de vue...
tracking img