La rhinotrachéite infectieuse féline

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1109 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 17 septembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
La RHINOTRACHÉITE INFECTIEUSE FÉLINE fait partie du complexe infectieux des voies respiratoires supérieures félines. Ce complexe est formé de l’herpesvirus, l’agent de la RHINOTRACHÉITE INFECTIEUSE FÉLINE, du calicivirus qui entraîne des symptômes respiratoires similaires à ceux causés par l’herpesvirus (avec comme particularité des ulcères sur la langue et au niveau du palais ainsi qu’àl’occasion une courte période de boiterie et d’enflure des articulations) et de chlamydia psittaci causant principalement une conjonctivite persistante unie ou bilatérale.

On retrouve souvent un ou plusieurs de ces agents infectieux en même temps chez un même chat, d’où le fait qu’on les traite comme un complexe. Les symptômes causés par ces agents se développent donc en 3 à 5 jours après un contact avecun chat infecté et durent de 5 à 10 jours. Il y a fréquemment une perte d’appétit, une faiblesse généralisée ainsi que de la fièvre.

Les symptômes caractéristiques sont des larmoiements qui sont clairs au début mais deviennent souvent purulents dus à une surinfection bactérienne, de l’enflure et de la rougeur des conjonctives et parfois des ulcères cornéens (mis en évidence chez le vétérinairepar une coloration spéciale). Une séquelle possible est l’arrêt de production de larmes, d’où l’assèchement de l’œil. Des éternuements fréquents et parfois très violents avec écoulement nasal clair ou purulent constituent un deuxième symptôme. Il peut y avoir présence d’ulcères au niveau des narines, pouvant aller jusqu’à la destruction des cornets nasaux, entraînant chez certains chats unerhinite et une sinusite chroniques. Si l’infection se produit chez une chatte gestante, il y a possibilité d’avortement ou même de mort rapide des nouveau-nés, avec ou sans signes respiratoires de ces derniers.

Ce qu’il est important de retenir, c’est que ces virus se transmettent par contact direct de chats infectés – symptomatiques ou non – avec des chats non infectés, par le biais des larmes, dessécrétions nasales et de la salive. Ceci se produit lors de rencontres nez à nez entre les individus, lors de toilettage mutuel ou même lors de bagarres. La transmission peut aussi se faire par contact avec des surfaces souillées par ces mêmes sécrétions comme les cages, les tables de toilettage, les bols d’eau et de nourriture ainsi que par les mains et les vêtements des gens qui manipulent leschats affectés. La transmission peut également s’opérer à travers les placentas de la chatte gestante entraînant alors soit un avortement, soit les symptômes détaillés ci-dessus chez les nouveau-nés. Ces particularités de transmission expliquent pourquoi cette maladie fait des ravages dans les milieux où il y a une grande concentration de chats tels que les refuges, certaines chatteries et lesmaisonnées à plusieurs chats. Cependant, ce sont surtout les chats non vaccinés et les jeunes chatons qui n’ont pas encore été protégés par les vaccins qui y sont sensibles.

Heureusement que le virus de la RHINOTRACHÉITE INFECTIEUSE FÉLINE est facilement détruit par la plupart des détergents et des désinfectants, mais il peut survivre jusqu’à 24 heures dans les sécrétions hors de l’hôte si l’on nedésinfecte pas. Ce temps de survie monte jusqu’à 8 à 10 jours pour le calicivirus (le désinfectant idéal est l’eau de Javel, 1 partie pour 32) et est de plusieurs jours pour le chlamydia (sensible aux détergents).

Un fait très important est que 80 % des chats qui guérissent de cette maladie restent porteurs de ces virus pendant des mois et des années, et se mettent à excréter les virus dansleurs larmes, leurs écoulements nasaux et leur salive de façon intermittente lors de périodes de stress (surpopulation, gestation, lactation, chirurgie) et ceci en ne démontrant pas nécessairement de symptômes. Ce phénomène se produit de façon continue pour le calicivirus. Ces chats deviennent donc une source d’infection pour les chats autour d’eux.

Avant d’aborder le volet de la prévention...