La rose et le réséda

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1423 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 27 octobre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
LA ROSE ET LE RESEDA
Aragon, La Diane française

INTRODUCTION
Le texte que nous allons étudier est un poème d'Aragon, écrivain surréaliste connu pour son engagement idéologique au côté du Parti Communiste. Le recueil La Diane française d'où est extrait le texte réunit des poèmes écrits pendant la guerre ou à la Libération. Il contient notamment des poèmes, comme "La rose et le réséda" qui,furent publiés au départ dans la clandestinité.
Les deux fleurs, la rose rouge et le réséda blanc symbolisent par leurs couleurs deux appartenances politico-religieuses : le rouge est la couleur des socialismes, traditionnellement athées, le blanc, celle de la monarchie, et plus généralement du catholicisme qui lui est associé dans l'histoire de France.
Poème de circonstance à l'origine, (àl'époque le Parti Communiste pratique la politique de "la main tendue") ce texte, au-delà des circonstances précises de sa composition vaut par la beauté de l'idéal d'unité qu'il illustre.

LECTURE
ANNONCE DES AXES
I - Le récit d'un épisode type de la Résistance
II - Le registre épique
III - De nombreux procédés d'amplification

ETUDE
I - LE RECIT D'UN EPISODE TYPE DE LA RESISTANCE
Ce poèmeest dédié à 4 grands Résistants de droite et de gauche, fusillés par les Allemands :
• Gabriel Péri : homme politique et journaliste français, membre du Parti communiste, fusillé en 1941
• Honoré d'Estienne d'Orves : officier de marine français, rallié au Général de Gaulle en 1940, fusillé en 1941
• Guy Moquet, fils d'un député communiste, fusillé comme otage en 1941, à l'âge de 17 ans
•Gilbert Dru : il organisa la Résistance dans les milieux de la Jeunesse Chrétienne, fusillé à Lyon en 1944, à l'âge de 24 ans
C'est donc en référence à des faits réels qu'Aragon écrit ce texte, qui raconte avant tout un épisode type de la Résistance. Ce texte est conçu sous forme de récit, en 3 étapes très distinctes
A. Première étape (vers 1 à 27)
• Présentation des personnages avec unedominante imparfait : l'athée et le chrétien, unis par la même construction anaphorique et parallélique "celui qui croyait au ciel / celui qui n'y croyait pas"
• Image de la France prisonnière
• Détermination des Résistants et abolition des querelles idéologiques au nom du commun combat
B. Deuxième étape (vers 28 à 50)
• Un événement : "la sentinelle tira" v. 28 = passage au passé simple dominantde l'action
• La détention
• L'exécution à "l'aube cruelle", et le mélange de sang
• Présent de narration v. 47
C. Troisième étape (v 51 à la fin)
• L'utilité du sacrifice : le sang des martyrs nourrit une France qui redeviendra féconde : "mûrisse un raisin muscat" v. 54
• Un plan élargi sur une France se redécouvrant, d'Ouest en Est - sur fond de ritournelle, presque de comptine -comme creuset unifiant des couples antithétiques, comme la rose piquante e le fade réséda.

II - LE REGISTRE EPIQUE
A. A chaque étape, le poète narrateur intervient pour commenter l'action avec une visée argumentative destinée à embellir le geste
1. Première étape
Le narrateur intervient au présent de vérité générale pour commenter et approuver l'attitude des personnages : "Qu'importe comments'appelle… v. 9 / Fou qui fait le délicat / Fou qui songe à ses querelles v. 22-23".
Les commentaires ont une visée argumentative, Aragon en appelle à l'union sacrée.
2. Deuxième étape
Le narrateur insiste sur le fait que l'insurrection contre la barbarie transcende les convictions personnelles "Un rebelle est un rebelle" v. 39
3. Troisième étape
Ici la présence du narrateur se ressent dansl'apostrophe la "flûte" et au "violoncelle" v. 60 qui est un appel au lyrisme à propos du sujet posé : voir le lexique : "Rechantera" v. 60 : le poète pose ici une mission qui est celle de chanter les louanges des héros : on retrouve ici la tradition épique où le narrateur intervient pour commenter la bataille en la grandissant.
B. Un registre épique
• Allégorie de la France, jeune femme "la...