La sagesse

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1804 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 21 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
SAGESSE

A l’ouverture des travaux, la V..M.. vient éclairer le pilier, trait d’union vertical, dressé au sud-est du centre sacré de la loge, niche de lumière où sont déposés les symboles initiatiques. Elle nous invite à construire, à nous construire de même entre terre et ciel, soutenues par la sagesse.
Au jour de notre initiation, épelé lettre par lettre, le 1er mot sacré nommant notrecolonne, actualise dans notre esprit la puissance tutélaire de Salomon… Nous y reviendrons…

Interrogeons d’abord l’iconographie.
La voici, Dame Sagesse, siégeant au tympan d’un portail de la cathédrale de Chartres, au milieu des personnifications féminines des sept arts libéraux et de leurs représentants:Donat, Cicéron, Aristote, Boèce, Euclide, Pythagore et Ptolémée, assimilés aux sept piliers desa demeure, car dit un Proverbe (9,1-6) : « Sagesse a bâti sa maison, taillé sept colonnes, tué ses bêtes et mêlé son vin pour accueillir l’homme simple à sa table » .Demeure solidement fondée sur le savoir donc, qui invite à un geste simple précurseur de sagesse : s’asseoir.
Ou encore là, de quoi donc nous fait-elle signe, pleine de conviction et d’assurance, cette majestueuse image médiévalereprésentée en mère des trois vertus théologales donc de l’espérance, sinon qu’il y aurait en elle autre chose que résignation et modération ?

Et la littérature ? Ecoutons Marguerite Yourcenar : « Nous sommes si habitués à voir dans la sagesse un résidu de passions éteintes qu’il nous est difficile de reconnaître en elle la forme la plus dure et la plus condensée de l’ardeur, la parcelle d’ornée du feu et non de la cendre. »

Alors d’où qu’elle vienne, parce qu’elle est amie de l’homme, la sagesse semble le conduire à consentir à sa propre existence, au monde dans lequel il vit. Il y a derrière cette idée un infini respect pour ce qui est, pour ce qu’il est donné de vivre. Elle plonge ses racines dans le terreau humain. Parce qu’elle est un art de vivre et de vivre ensemble, neserait-elle pas de l’ordre de la bonne santé, capable de dénouer les tensions et de rendre possible un idéal d’espérance?

Que cherche-t-on vraiment lorsqu’on affirme chercher la sagesse ?
Aujourd’hui comme autrefois, il s’agit souvent d’une quête de paix et de sécurité qui conduirait à l’accomplissement personnel et au bonheur.
La sagesse antique était d’abord l’apprentissage d’une vie libéréedes passions et des soucis, par laquelle l’homme tendait vers la conscience de soi, la vision juste du cosmos, la paix et la liberté intérieure. Elle impliquait un effort de modification de soi qui engageait toute l’existence. Philosopher, à cette époque, c’était choisir son école (platonisme, pythagorisme, épicurisme ou stoïcisme). Les exercices, dans la tradition de l’Antiquité, avaient unedimension spirituelle.
Or, cette demande de paix et de sécurité intérieures s’aiguise dans les périodes de conflit et d’inquiétude, et le souci de soi, parfois de soi seul, se fait plus envahissant lorsque déclinent les croyances et les projets collectifs ou lorsque l’action politique apparaît impuissante.
Hegel a montré comment la domination d’un empire universel (romain autrefois mais le modèleest transposable) voue l’individu, impuissant devant le réel, à l’affirmation vide de lui-même. Il le fait à propos des stoïciens et des sceptiques, qui prétendaient nous donner la sagesse, alors que les deux plus hauts génies de la pensée grecque, Platon et Aristote, savaient ne pouvoir en susciter en nous que l’amour, la philosophia.
.
Mais la sagesse a un autre visage aussi, que l’on trouvedans les livres sapientiaux de la Bible, c’est celui de la sédimentation de l’expérience qui permet de dégager des constantes de la vie humaine, de ne pas être pris de court, de se déniaiser .Accumulée au long d’une vie, on la prêtait aux vieillards, ou au fil des générations, on la disait sagesse des nations. Cette conception suppose que le monde ne change que lentement ou que ce qui change a...
tracking img