La sanction

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 43 (10536 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 22 novembre 2012
Lire le document complet
Aperçu du document
La sanction
(Moniteur Educateur - DF3 )

Point de départTous les vendredi après-midi a lieu la réunion d'équipe des équipes Espaces Verts de l'ESAT « Les Cyprès », établissement situé sur un domaine viticole en France qui accueille des personnes avec un handicap mental et leur offre des activités à caractère professionnel dans le cadre d'un soutien médico-social et éducatif. C'est le moment oùchaque ouvrier ESAT a l'opportunité de s'exprimer librement sur ce qui a été important, dérangeant pour lui la semaine passée. Quand vient son tour, Paul[1] s'exprime en disant « j'ai des choses à dire, mais je préfère le garder pour moi ». Prenant en compte la difficulté de certaines personnes à exprimer leurs impressions, j'insiste en lui rappelant que ce lieu est fait pour que les difficultésrencontrées puissent être parlées. Voyant que Paul commence à s'énerver, j'accepte son silence, et passe à la personne suivante. Paul continue à s'énerver et se dirige vers moi avec une attitude menaçante. Je n'ai que le temps de protéger mon visage avant qu'il ne me donne un coup de poing sur le haut de la tête, puis sorte de la salle.
Cette situation m'a paru particulièrement intéressante commepoint de départ pour une réflexion sur le thème de la sanction, ceci pour différentes raisons. D'abord, Paul est une personnalité à tendance psychotique et l'équipe s'est interrogé d'une part sur sa part de responsabilité dans l'acte commis et d'autre part sur le type de sanction appropriée. Il s'agissait de plus de la première fois que Paul s'en prenait physiquement à quelqu'un, donc l'enjeu dela sanction me paraissait important par sa portée sur ses futurs comportements. Cette intuition m'a été confirmée plus tard au cours d'une formation interne sur la violence où l'intervenante a précisé que les jeunes délinquants récidivistes ont toujours commencé par un premier délit peu grave auquel il n'a été apporté aucune réponse. De plus, cet événement est arrivé dans un contexte où lesmoniteurs expriment un sentiment de manque de respect de la part des personnes handicapées et de manque de soutien de la hiérarchie par rapport à la prise en charge quotidienne, notamment dans la dispense des sanctions. Enfin, au cours des différentes réunions, tout le monde se mit d'accord sur le fait que, dans un établissement médico social, une sanction se doit d'être éducative. Mais qu'est cequ'une sanction éducative, qu'est ce qui la différencie d'une punition d'un côté ou d'un acte éducatif de l'autre? A partir de ces questionnements, je vais tenter d'articuler des réflexions issues des différentes réunions d'équipe, des rencontres professionnelles, et d'approfondissements théoriques dans différents domaines.
La nostalgie du bâtonDerrière cette idée de manque de respect partagé parl'équipe, il y a le sentiment que les comportements excessifs des personnes prises en charge (violences verbales, refus d'obéissance, attitudes rebelles) sont peu repris, souvent pardonnés et mettent les moniteurs en difficulté dans l'exercice de leur autorité. La sanction nous paraît peu investie dans une institution jugée trop maternante; le directeur m'a confirmé dans une entrevue la nécessité d'unesouplesse dans l'application de la loi et une prise en compte du contexte environnemental et humain, reconnaissant cependant la difficulté à trouver une sanction adaptée à la personne et à la situation. Certains de mes collègues expriment le regret d'un ancien directeur « qui ne laissait rien passer », des plaisanteries fusent parfois sur un temps passé où l'on pouvait utiliser sa force physique.Cela m'a interrogé sur la nostalgie et les vertus supposées d'une autorité forte où les maîtres étaient respectés, à coup de bâton si nécessaire, et m'a fait prendre conscience de l'inscription de la punition corporelle dans notre histoire, acceptée comme tentative de maitriser un corps à défaut de maitriser un comportement, acceptée moralement au nom d'une souffrance qui expierait les fautes....
tracking img