La schizophrenie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 19 (4560 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
La Schizophrénie

Introduction

A. Schizophrénie : définition et épidémiologie.
1) Définition
2) épidémiologie
B. la désagrégation du Moi.
1) La schizophrénie semble être avant tout une maladie du Moi
2)Problème quant à la perception de la réalité
3) L'adualisme
C. la famille, elle aussi impliquée dans la maladie.
1) La famille doit agir en conséquence
2) Un bref aperçu des thérapies familiales
D. Schizophrénie : La remise en cause de la DSMIV parl’avis Français.
Conclusion


Introduction

Il n’y a pas une schizophrénie, mais des schizophrénies. En effet les origines et les symptômes sont beaucoup trop divers pour ne parler que d’un seul aspect de cette maladie.
La schizophrénie est une de ces graves maladies mentales qui se manifeste par une modification profonde de lapersonnalité. Elle touche près de 1% de la population aussi bien les garçons que les filles. Elle apparaît en général entre 15 et 35 ans et le plus souvent vers l’âge de 20 ans.
C’est une psychose, une affection mentale caractérisée par un relâchement des modes habituels d’association des idées, un affaiblissement de l’affectivité, un repliement sur soi-même avec perte de « contact vital avec laréalité » c’est surtout ce qui fait la gravité de la maladie et c’est ce qui la différencie de la névrose.
Pour Bleuler, cette notion recouvre celle de démence précoce, de paraphrénie une grande partie des délires chronologiques et même certains délires séniles.
En 1911 il remplace le diagnostic de démence précoce par un nouveau terme : « la schizophrénie qui signifie littéralement « espritdivisé »et qui vient du grec schizo « fendre ; cliver », et phrénie « esprit ». Ce médecin a surtout tenté de mettre en évidence la fragmentation de la personnalité ce qui a pu induire certain en erreur, les amenant à conclure que la schizophrénie implique une « double personnalité ».

Pourtant beaucoup de symptômes existent et lorsqu’une personne est touchée par cette maladie, la famille est égalementimpliquée. Lequel des deux, le patient ou la famille souffre-t-il le plus des conséquences de la maladie ? Même s’il est évident que le patient souffre de ce qui lui arrive, on ne peut négliger ni dénier l’état de souffrance dans laquelle la famille se trouve aussi. 

Au cours de mon explication, je définirai d'abord la schizophrénie; je tenterai ensuite de montrer les étapes de ladésagrégation du Moi qui infligent de lourdes souffrances à la personne atteinte de schizophrénie, pour mettre en avant la façon dont la famille perçoit la maladie et de quelle manière elle s’investit dans le chemin difficile que le malade traverse. Enfin, nous comparerons le point de vue de la DSMIV et de la France sur la maladie.
A. Schizophrénie : définition et épidémiologie.

1) DEFINITION.
Laschizophrénie est une psychose grave survenant chez l'adulte jeune, habituellement chronique, cliniquement caractérisée par des signes de dissociation mentale, de discordance affective et d'activité délirante incohérente, entraînant généralement une rupture de contact avec le monde extérieur et parfois un repli autistique. C’est le psychiatre suisse Eugen Bleuler qui, en 1911 est à l'origine de l'appelation:« Schizophrénie » qui provient de « schizo » du grec « σχίζειν » signifiant fractionnement et « φρήν » désignant l’esprit. C'est donc une « coupure de l'esprit », pas au sens d'une « double personnalité », comme on l'entend parfois, mais au sens d'une perte de contact avec la réalité ou, d'un point de vue psychanalytique, d'un conflit entre le Moi et la réalité.
2) EPIDEMIOLOGIE.
La...
tracking img