La situation de l'allemagne de 1945 à 1990

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1327 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 2 janvier 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
L’Allemagne est située au cœur de l'Europe, elle est occupée en 1945 par les deux superpuissances : la partie orientale par l'Armée rouge et la partie occidentale par les Américains, les Britanniques et les Français. Durant la guerre froide, les États-Unis et URSS vont s’affronter indirectement et l'Allemagne et Berlin occupent une place particulière : elles sont coupées en deux dès 1945 etjusqu'en 1990 et les deux armées s'y font directement face. Le cas allemand fournit donc un cadre pertinent pour étudier l'opposition entre les deux superpuissances. Dans quelle mesure l’Allemagne est-elle un enjeu majeur dans la confrontation Est-Ouest de 1945 à 1990 ?Dans un premier temps, jusqu'en 1955, L’Allemagne est partagéeé entre l'est et l'ouest . Dans un deuxième temps, de 1955 jusqu'en1970, l'allemagne au coeur de la rivalité est-ouest ou chaque bloc tente d'y démontrer la supériorité de son modèle idéologique. Enfin, dans un dernier temps, les deux Allemagnes débutent un processus de détente qui aboutit à leur réunification en 1990.

L'Allemagne, vaincue et occupée par les armées alliées, subit logiquement les conséquences de l'opposition grandissante entre les deux grandespuissances construisant à l'échelle mondiale deux blocs hostiles. Lors de la conférence de Potsdam (juillet-août 1945), les Alliés décident du sort de l'Allemagne vaincue. Ils souhaitent empêcher l'Allemagne de nuire à nouveau en la démilitarisant et en la désindustrialisant. Il n'y a plus d'armée allemande, la défense est assurée par les Américains et les Soviétiques. L'Allemagne perd sasouveraineté, le pays est occupé par les quatre armées alliées (États-Unis, URSS, Royaume-Uni et France) qui l'administrent. Le territoire est partagé en quatre zones : les Soviétiques au nord-est, les Américains au sud, les Britanniques au nord-ouest et les Français dans la région rhénane frontalière. Berlin, située en zone soviétique, est néanmoins également partagée en quatre zones. Le rideau de fer évoquépar Churchill dès 1946 passe ainsi au cœur de l'Allemagne et sépare la zone occupée par les Soviétiques des trois autres zones. La zone soviétique, aux ordres de Staline, rejette le plan Marshall (1947), plan américain d'aide à la relance économique de l'Europe.
Les Américains et leurs alliés voyant que la pauvreté jette de nombreux pays dans les bras du communisme décident alors de fusionnerleurs trois zones et de créer une monnaie unique le Deutsche Mark. En 1948 Staline veut s’emparer des trois zones de Berlin-Ouest en organisant un blocus destiné à empêcher son ravitaillement. C'est la première crise de Berlin. Le Président Truman réplique par la mise en place d'un pont aérien : le ravitaillement est assuré par avions basés dans les zones occidentales de l'Allemagne. Le blocuséchoue.
Ainsi, en 1949, on voit apparaitre la création de deux nouvelle Allemagne la RFA à l’ouest et la RDA à l‘est.

Alors que la séparation entre les deux Allemagnes est réalisée commence l'ère de la coexistence pacifique annoncée par Khrouchtchev. Les deux blocs, doivent selon lui coexister pour éviter un conflit ouvert. Les différences entre ces deux Allemagnes sont cependant flagrantes etreprésentent en quelque sorte les vitrines des deux systèmes politiques, des deux idéaux des deux blocs rivaux. Il y a d’une part, la RFA, respectueuse des droits de l’Homme, le système politique et économique mis en place en RFA en 1949 est calqué sur le modèle américain. C'est une démocratie fédérale. Les élections sont libres, le chef du gouvernement est le chancelier.
La RFA reconnaît lecapitalisme et l'économie de marché à l'image des autres pays occidentaux.
Et d’autre part la RDA ou les communistes sont seuls au pouvoir dès 1949, le Parti est le seul autorisé et ses candidats recueillent la plus grande majorités des suffrages. Les institutions, l'organisation économique et sociale sont identiques au modèle soviétique. Les dirigeants, comme E. Honecker, font l'objet d'un culte de...
tracking img