La société des poètes disparus

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1261 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 29 septembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
1. Comment l’expression Carpe Diem prend-elle tout son sens selon la société des poètes disparus ?

Au départ, cette expression signifie saisir le jour. Nous pouvons en déduire qu’il faut prendre des risques, saisir les chances qui nous sont données et profiter pleinement de la vie. Cette phrase, que le professeur Keating a montrée aux élèves, est devenue importante pour eux. Celle-ci les aincités à se faire entendre auprès de leurs parents et à suivre leur instinct. Ils n’attendent plus et prennent des risques pour arriver à ce qu’ils veulent vraiment faire. Un bon exemple serait Neil Perry, qui se fait sans cesse mener par le bout du nez par son père. Ce dernier veut que son fils devienne médecin, mais Neil se rend compte que devenir acteur est son rêve. Il décide donc d’allerpasser une audition pour jouer dans une pièce et il obtient le rôle principal de la pièce. Todd quant à lui, à la fin, refuse de signer la feuille qui accuse le professeur Keating d’être le responsable de la mort de Neil. Il résiste durant un certain temps, mais il finit par céder sous les nombreuses menaces. De plus, durant un cours de littérature donné par le directeur, il n’obéit plus et se lève surson bureau pour faire un dernier hommage à son ancien professeur, M. Keating. Cette expression est présente tout au long du film et du roman, c’est d’ailleurs un pilier très important. Tous ces changements ont commencé lorsque le professeur a récité cette phrase. Elle a, en quelque sorte, fait sortir les jeunes de cette école de l’ombre.

2. Les enseignements du professeur Keating ont-ils étépositifs ou négatifs pour la majorité de ses élèves ?

Le professeur Keating était une personne aux méthodes d’enseignement peu ordinaire. Il ne se conformait pas aux plans de cours établis et montrait les choses qui étaient les plus importantes selon lui. Il utilisait des méthodes d’enseignements qui rendaient la matière plus accessible pour les jeunes et il faisait tout pour que ses élèvesaiment la poésie. La relation entre les jeunes et ce professeur n’était pas la même qu’avec les autres professeurs et leurs élèves. Monsieur Keating était plus près de ses élèves que les autres enseignants et il parlait des vraies choses avec ses élèves. Il les aidait quand ils avaient des problèmes et les écoutait quand il le fallait. Bref, il était une oreille attentive pour les gens qui en avaientbesoin et aidait toujours ceux qui le demandaient. Par exemple, Neil à réussit à faire ce qu’il voulait vraiment en écoutant les conseils du professeur Keating. Son père n’a pas été très heureux de l’apprendre, mais au moins il a pu réaliser son rêve de jouer dans une pièce de théâtre. Il y a aussi Todd, qui s’est fait aider par le professeur de littérature tout au long de l’histoire. À la fin, ilréussit à prendre son courage à deux mains et tenir tête à ses parents et au directeur de l’école. Devant les élèves du cours de littérature où le directeur remplaçait, il désobéit et commet des gestes qui vont a l’encontre des règles de vie de l’école.

3. Le suicide de Neil Perry aurait-il pu être évité ?

Selon nous, le suicide de Neil Perry aurait très bien pu être évité. Neil était trèsrestreint dans ses «choix professionnels», en fait il n’avait pas de choix du tout, puisque son père avait toujours le dernier mot dans toutes les discussions qu’ils avaient. M. Perry voulait que son fils devienne médecin, mais le jeune homme, quant à lui, caressait le rêve de devenir acteur au théâtre. Son père ne voulait absolument pas que son fils devienne acteur car, selon lui, c’était unmétier qui ne rapportait rien. Il interdit donc à Neil de participer à la pièce «Songe d’une nuit d’été», qui était montée dans une école non loin d’où il était, dans laquelle il avait obtenu le premier rôle. Ce nouveau refus fut de trop et Neil n’en tenu pas vigueur. Il participa à la représentation et lorsque son père l’apprit, il vint le chercher après le spectacle, à la grande surprise de tout...