La société d'ordre en france

Pages: 7 (1610 mots) Publié le: 24 juin 2009
La société d’ordres en France

En 1789, Les constituants, par la déclaration des droits de l’homme et l’abolition des
privilèges proclamèrent « Les hommes naissent et demeurent égaux en droits », prenant le
contre-pied des principes de la société d’Ancien Régime. Celle-ci, au contraire, est fondée sur
l’inégalité et la hiérarchie sociale, les sujets du roi étant partagés en trois ordres,eux-mêmes
fortement hiérarchisées. « La société ne peut se maintenir sans la paix et sans la concorde ; la
paix et la concorde supposent l’union ; l’union veut un ordre ; l’ordre ne peut être sans la
distinction, la distinction tire après soi la dépendance ; la dépendance marque
nécessairement l’autorité » affirme ainsi Hubert Mugnier.

Les principes de la Société d’ordres

A)Les basesS’inspirant des conceptions antiques et transposant sur terre, l’ordo céleste, les hommes
d’Eglise, comme Adalbéron de Laon avaient au Moyen Age réparti les hommes en trois
ordres, le Clergé, oratores, ceux qui prient au sommet de la pyramide, les serviteurs de Dieu
étant dans une société croyante en position éminente puisqu’ils servent le dessin de Dieu, et
que la fin ultime de la vie terrestre estde préparer la vie éternelle après la mort ; au second
rang, les hommes de guerre, les chevaliers et donc la noblesse, les bellatores, chargés dans
une société violente de protéger les autres ordres ; enfin, l’immense majorité de ceux qui
travaillent pour assurer la subsistance de tous, les laboratores.
Ces notions sont reprises par de nombreux auteurs du XVIIe siècle, Charles Loyseau, dansson
Traité des Ordres et simples dignités (1610), Cardin Le Bret dans De la souveraineté du Roi
(1632), Hubert Mugnier dans La véritable politique du prince chrétien (1647).

Société d’ordres ou société de classe
Devant cette vision intellectuelles de la société, les historiens modernistes se sont distingués
par des analyses parfois divergentes, pour savoir si la société d’Ancien Régime étaitbien une
société d’ordres comme elle le prétendait ou si elle était déjà, avant même la Révolution
industrielle du XIXe siècle, une société de classe. Pour les uns autour de Roland Mousnier, J.-
P. Labatut et Yves Durand, la société se pense et doit se penser comme une société d’ordre ;
elle est hiérarchisée non d’après la fortune mais d’après l’estime, l’honneur et la dignité. A
l’inversepour les historiens marxistes, très présents dans l’historiographie française d’aprèsguerre,
comme Ernest Labrousse, la société d’Ancien Régime peut être comparée à une
société de castes, où les hiérarchies sont liées à la fortune Une nouvelle division est apparue
avec François Bluche et Jean-François Solnon qui estiment que les sociétés d’AR doivent se
percevoir comme des sociétés de corps,corps constitués, avec leurs privilèges, corps des
villes, des communautés d’habitants, des corporations, des métiers et aussi des ordres. En fait,
on estime désormais que les deux visions coexistent largement, car les deux notions Ordre et
Classe ne structurent pas la société de la même façon et au même niveau.

Les ordres privilégiés

Le clergé
Son poids numérique est faible, environ 1% dela population, soit environ 250000 personnes à
a fin du règne de Louis XIV. Le clergé est riche, il possède de nombreux immeubles, des
terres, des maisons, des dîmes, les libéralités des fidèles. Ses privilèges sont honorifiques avec
un droit de préséance, des privilèges judiciaires, fiscaux, le clergé étant exempt de taille, de
gabelle, de corvée, de logement des gens de guerre. Toutefoisdepuis 1561 le clergé de France
verse au roi un don gratuit.
On distingue le haut clergé qui recrute en grande partie au sein de ma noblesse du bas clergé.
De fait, les grandes distinctions sont entre le clergé séculier qui vit dans le siècle au contact
des fidèles et qui est constitué uniquement d’hommes, vicaires, curés, archiprêtres évêques,
archevêques. Le clergé régulier vit selon la...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • La société d'ordre
  • La société d'ordre vue par claude de seyssel tiré de «la grande monarchie de france (1515)»
  • Un société d'ordre avec une noblesse prédominante
  • La société d'ordre sous l'ancien régime
  • Historique de la société ferrero france
  • Droit des sociétés en france
  • y-a t-il moyennisation de la socièté en france
  • l 'historique de la société anonyme en france

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !