La solitude de pierre

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (473 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
I - La promenade et le regard objectif du personnage

Itinéraire improvisé qui le conduit progressivement de la demeure parentale vers la mer, c'est-à-dire du bruit au silence, de la lumière àl'obscurité, et de la compagnie familiale à la solitude.
Utilisation fréquente de verbes de mouvement qui montrent le déplacement. Les adverbes, quant à eux, montrent le ralentissent et l'absence dedynamisme.
=> Il déambule passivement.
On note un accord entre le paysage et son état d'âme : il est perdu dans ses pensées comme dans sa promenade.
Il utilise des termes empruntés au domaine médicalafin de décrire son malaise.
Gradation et accumulation de verbes qui notent le malaise croissant.
L'état de souffrance est également noté par une assonance en " c " et une allitération en " tr ".Pierre, en tant que médecin, découvre qu'il a un problème physiologique dont il est incapable de donner la nature exacte.
On s'attendait à une promenade d'un soir et on découvre qu'il s'agit d'unmalaise profond qui tend à l'obsession, ce qui va le pousser à une auto-analyse.

II - L'auto-analyse

Visible par 3 interrogations successives au discours direct.
Gradation dans la recherche mentaledu personnage : on part d'une première question ambiguë jusqu'au mot précis d' " héritage " d'où découle son malaise.
Ces questions restent sans réponse, ce qui est accentué par des contradictions(il ne supporte pas la solitude mais ne veut voir personne).
Termes du lexique psychologique (" irrita,dégoût ") se rapprochant du spleen baudelairien.
Pierre a conscience de ces contradictions etcherche dans ses pensées la solution à son malaise.
Il a étudié les sciences ; il dit qu'un fait peut produire sur un être instinctif des sensations douloureuses (cf. présent de permanence (généralité)qui souligne sa réflexion).
Sa méthode de réflexion le met en position de juger les autres.
Tout se passe comme s'il savait ce que le lecteur suppose : Maréchal est le père réel de Jean.
Sa...
tracking img