La sortie de crise

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1026 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 21 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
La politique de rigueur et la sortie de crise

!:::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

Intro :
- crise grecque (explications rapides)
- Cette crise intervient dans un contexte d'amorcement de sortie de crise. La hausse du PIB reste faible : le PIB de l'UE a augmenté de 0,4% pour le troisième trimestre. Et le taux de chômage est très élevée : 9,6% dans l'UE en septembre2010. Plus de 20% en Espagne, par exemple.
- On a donc d'un côté une reprise économique difficile, et de l'autre la nécessité pour les pays de réduire leurs déficits afin d'éviter de se retrouver dans la même situation que la Grèce.
- Mais cette politique de rigueur entreprise dans l'UE depuis le début de l'année ne risque-t-elle pas de nuire à la reprise économique ?

I Le point sur lasituation actuelle
1 Sortie de crise difficile
- Croissance attendue pour les pays avancés en 2010 : entre 1 et 2 %. Pareil en 2011.
- PIB de l'UE des 27 : +2,1% du troisième trimestre 2009 au troisième trimestre 2010. [Etats-Unis : +3,0%.]
- Espagne : croissance nulle du PIB pour le troisième trimestre, selon la première estimation provisoire de l'Institut national de la statistique.
- Italie :recul de 2,1% de la production industrielle en septembre, selon l'institut Istat.

- Taux de chômage, on l'a vu, de 9,6 % dans l'Union Européenne.



- 20,8% de chômage en Espagne, aux alentours de 19% en Estonie, Lettonie et Lituanie.

-> On a donc une situation assez difficile : reprise économique plutôt faible avec un chômage qui est toujours à son maximum, pas encore réduit.

2Nécessité de la politique de rigueur
- Taux à 10 ans (= rendement des obligations) en Grèce : 11,32% le 4 novembre 2010.
- En Irlande : 8,63 % jeudi dernier ; près de 9 % vendredi. Le gouvernement irlandais s'est en outre engagé à réduire les dépenses publiques de 6 milliards d'euros.
- Au Portugal : 6,8 % contre 6,24% lors de la précédente émission.
Projet de budget 2011 pour le Portugal : haussesd'impôts, notamment de la TVA, baisse du salaire des fonctionnaires.

On a donc des taux d'obligations très forts. Or ces obligations trop élevées nuisent à la résolution des problèmes budgétaires. Diogo Teixeira, directeur général d'une société de gestion à Lisbonne, parle d'un "cercle vicieux". Il ajoute : "Avec des taux de 7 %, l'intégralité des efforts budgétaires du Portugal sont rayés d'unrevers de main."

Les autres pays vont donc chercher à éviter à tout prix de se retrouver dans une situation comme celle de l'Irlande, de la Grèce ou du Portugal. Tous les pays ont augmenté leur dette dans le cadre de plans de relance au moment de la crise. Cela a beaucoup augmenté les déficits : par exemple en France, la dette publique représente 84,0 % du PIB en 2010 (c'est une prévision) contre63,8 % avant la crise, en 2007.

La politique de rigueur semble donc incontournable pour rassurer les marchés et empêcher que d'autres pays "basculent". Cela réduirait fortement la compétitivité de l'euro et risquerait de faire entrer l'Union européenne dans une crise grave.

---> On a donc un arbitrage à faire. Quel sont les opinions de la BCE et du FMI sur ce sujet ?

II Les avisdivergents de la BCE et du FMI
1 La BCE
Le président de la BCE, Jean-Claude Trichet, a été interrogé par Le Progrès : "La consolidation budgétaire dans la plupart des pays européens ne risque-t-elle pas de freiner les effets de la reprise économique ?"
Voici sa réponse :
"Non, je ne le crois pas. La consolidation de la reprise et le retour à une croissance soutenue reposent essentiellement sur laconfiance – confiance des ménages, confiance des entreprises, confiance des épargnants. Si l’on engage des politiques de redressement budgétaire crédibles et rassurantes, on contribue à la consolidation de la reprise parce que l’on donne confiance à tous ceux sur lesquels repose la prospérité de l’économie."

Concernant les réformes proposées par les pays européens pour renforcer la discipline...
tracking img