La souffrance des personnages dans la comédie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 11 (2711 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 27 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
DISSERTATION

Sujet : Jean Vilar, lors de sa mise en scène du Triomphe de l’amour en 1956 au Théâtre national populaire, qualifiait ainsi l’auteur des Acteurs de bonne foi : « Marivaux-le-cruel ». Pensez-vous que pour corriger les mœurs, la comédie doive passer par la souffrance des personnages ?

A bien des égards, la souffrance est omniprésente, et spécialement dans la comédie. Cettesouffrance qui s’applique aux personnages peut être à la fois morale est physique. C'est-à-dire que les personnages peuvent connaître dans leur passion, des émotions qui les font beaucoup souffrir, mais ils peuvent aussi endurer les douleurs de la chair, si la souffrance se veut physique. Néanmoins, si cette souffrance est bien réelle, elle ne peut qu’être associée à une volonté du dramaturge devoir souffrir, ou encore d’infliger la souffrance à ses personnages. Les dramaturges seraient donc des êtres cruels. Alors, est-il nécessaire que la comédie passe par la souffrance des personnages pour corriger les mœurs. En fait, il semble essentiel, pour corriger les mœurs, que la comédie passe par la souffrance des personnages. Mais il paraît tout aussi légitime de dire que la souffrance n’est pasl’unique ressort de la comédie, si l’objectif est de corriger les mœurs.

D’abord, pour corriger les mœurs, la comédie doit engendrer la souffrance des personnages. Effectivement, car la souffrance permet d’une part d’éduquer les personnages, mais aussi de les faire évoluer d’autre part, et, enfin car cette souffrance permet l’accession à la vérité.
Pour commencer, lasouffrance permet d’éduquer les personnages. En effet, dans la comédie de Molière, l’Avare, Cléante souffre beaucoup de l’avarice de son père, car celui-ci, pour des raisons financières souhaite épouser Marianne, qui n’est autre que l’amante de son fils. Et, Cléante ne supporte pas que l’avarice de son père contrarie ses projets amoureux. Néanmoins si la souffrance de Cléante est bel et bien réel, elle àaussi une vertu implicite qui est de l’éduquer, de l’amener à se prendre en charge tout seul lorsque son père trop préoccupé par son argent n’assume en aucun cas son rôle éducatif. Par ailleurs, dans les Acteurs de bonne foi de Marivaux, l’exemple du personnage d’Eraste est lui aussi très parlant. Effectivement, car celui-ci, bien qu’encore jeune et inexpérimenté dans le domaine sentimental, estconfronté à un choix difficile entre Angélique, sa promise, et Araminte, la suivante de Mme Amelin qui est sa tante et qui l’a impliqué dans sa comédie. Mais, là encore, si l’on ne peut pas nier le fait qu’il souffre d’être dupé par Araminte et Mme Amelin, cela lui permet de devenir plus expérimenté, mais aussi plus confiant pour ses expériences amoureuses futur. Nous voyons donc, à la fois dansla pièce de Molière, mais aussi dans celle de Marivaux que si l’on impose la souffrance, le plus souvent dans le domaine amoureux, à des jeunes personnages comme Cléante ou Eraste, ceux-ci sont encore plus atteint que quiconque par cette souffrance, mais l’expérience et la confiance que cela leur apporte n’est pas non plus négligeable puisque cela permet de parfaire leur éducation.Ensuite, la souffrance n’amène-t-elle pas au changement (évolution) chez les personnages ? La réponse est oui. Effectivement, si l’on s’intéresse à la comédie de Marivaux, L’île des esclaves, et plus particulièrement à la relation entre le personnage d’Iphicrate et le personnage d’Arlequin, on s’aperçoit qu’il faut qu’Iphicrate, ancien maître d’Arlequin connaisse la souffrance à la fois morale etphysique d’être l’esclave de quelqu'un pour finalement réaliser qu’il n’aurait jamais du traiter Arlequin de la sorte (coups de bâton et autres punitions corporelles). L’idée qu’il faut retenir de cette comédie est en fait que de connaître la souffrance amène les personnages une remise en question sur leur statut social, mais aussi sur leur comportement vis-à-vis de ceux qui leur sont inférieur dans...
tracking img