La sousévaluation

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 75 (18746 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 23 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Institut Supérieur du Commerce

Laurent BLAISE Juin 2002

Mémoire de fin d’études

La Sous-Evaluation Boursière

Détection, risques et revalorisation d’un titre financier.

Travaux de mémoire suivis par

J-J. LEVY

Promotion 2002
Cycle Finance
Remerciements

Pour la réalisation de ce mémoire je tenais à remercier Monsieur LEVY, mon consultant qui a suivi l’avancement de mestravaux ainsi que Monsieur LEVYNE, responsable du cycle finance à l’Institut Supérieur du Commerce de Paris qui m’a apporté une aide technique et une source documentaire précieuse.
Tout deux m’ont conduit à me poser les bonnes questions afin de répondre au mieux à la problématique que j’ai souhaité développer.

Par ailleurs, je tenais également à remercier Arnaud LACROIX, analyste financier chezBNP Paribas, Thomas DHAINAUT, gestionnaire de fonds OPCVM et Stéphane LEVY, ingénieur analyste travaillant tous deux au sein de la banque du Louvre pour les entretiens qu’ils ont bien voulu m’accorder.

Sommaire

REMERCIEMENTS

Sommaire 1

Synthèse 3

Introduction 1

Partie I : La sous-évaluation boursière et ses modes de détection 3

I. Points Préalables 3

1.1. Lanotion de valeur. 3
1.2. L’horizon de la prévision. 4
1.3. Quel taux d’actualisation retenir ? 4
Définition d’un taux d’actualisation. 5
Actualisation et taux d’intérêt. 5
1.4. L’importance de la capitalisation boursière dans l’évaluation d’entreprise. 6

II. Les différentes méthodes d’évaluation au service de la détection de la décote d’un titre6

2.1. L’approche substantielle (ou les méthodes patrimoniales). 7
2.1.1. Le principe de l’approche patrimoniale. 7
2.1.2. La méthode de l’Actif Net Comptable Corrigé (ANCC). 8
2.1.2.1. Détermination des capitaux propres. 8
2.1.2.2. Le retraitement des actifs fictifs. 9
2.1.2.3. Le retraitement des passifs fictifs. 92.1.2.4. Détermination de l’Actif Net Comptable Corrigé (ANCC). 10
2.1.3. Actif Net Réévalué (ANR). 11
2.1.4. Décote de holding. 11
2.1.5. Goodwill. 11
2.1.5.1. La détermination du Goodwill par la méthode allemande (dite aussi des « Praticiens »). 12
La valeur de rendement. 13
2.1.5.2. Goodwill par la méthode anglo-saxonne. 13Notion de valeur substantielle brute. 14
Notion de capitaux permanents nécessaires à l'exploitation. 15
2.2. Les Limites de l’approche patrimoniale. 15
2.3. L’approche intrinsèque. 15
2.3.1. L’approche selon les dividendes. 16
2.3.1.1 Le modèle de Bates. 17
2.3.1.2. Le modèle de Holt. 18
2.3.1.3. Formule deGordon & Shapiro. 19
2.3.2. Les limites de l’approche par les dividendes. 21
2.3.3. L’approche selon les bénéfices. 21
2.3.4. Les limites de l’approche par les bénéfices. 22
2.3.5. L’approche par l’actualisation des flux de trésorerie libre (Discounted Free Cash Flow Method). 22
2.3.5.1. Les flux libres de trésorerie (Free Cash Flows). 232.3.5.2. Le taux d’actualisation. 24
2.3.5.3. Le MEDAF. 25
2.3.5.4. La valeur terminale. 26
2.3.6. Les limites de l’approche par l’actualisation des flux de trésorerie libres. 28
2.4. L’approche analogique. 28
2.4.1. Comparaison boursière. 29
2.4.1.1. Principe. 29
2.4.1.2. Multiple de Chiffre d'Affaires( noté x CA). 302.4.1.3. Multiples d'EBITDA, d'EBITD et d'EBIT. 31
2.4.1.4. Le PER (Price Earning Ratio). 32
2.4.1.5. Le PEG (Price Earning Growth). 33
2.4.1.6. Les droites de régression. 34
2.4.2. Comparaison transactionnelle. 35
2.4.3. Le délai de recouvrement (DR). 36
2.5. Les limites de l’approche analogique. 37
2.6. Réflexions...