La souverainete de la loi

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1552 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 26 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
De la préhistoire ... à l’antiquité
Docteur Patrice Josset
Faculté de médecine Pierre et Marie Curie Sciences humaines et sociales. Module de santé publique Année 2009-2010 2009-

L’homme face à la maladie

Les maladies mentales, les malformations mêlées aux croyances, des d symptômes inquiétants, tô i iét t une anatomie ignorée tout comme le fonctionnement du corps. La maladie était uneénigme, la mort une fatalité. Les pratiques « religieuses » (religio = relier) recourir à la magie, à l’exorcisme en invoquant des forces spirituelles magie

LA NUIT DES TEMPS

La L « paléopathologie »: lé h l i les maladies des os comme notamment la tuberculose, les traumatismes (trépanation ?) L’espérance de vie courte, la mortalité des femmes en couches p et des très jeunes enfants lesmaladies parasitaires comme la malaria (paludisme) les é idé i l épidémies. Les maladies digestives, oculaires, génito-urinaires au quotidien. digestives oculaires quotidien

De l’oral à l’écriture
Les risques de la spéculation et du raisonnement analogique Faire disparaître l’emprise maléfique : le mal provient d’une faute Civilisations polythéistes L’empirisme: la tradition orale L’ ii l t diti lL’apparition de l’écriture, tablettes d’argile des populations rassemblées et des civilisations disparues Supprimer la manifestation du mal La pharmacopée Les assyro-babyloniens: hépatoscopie

L’Egypte ancienne
(3000-1500 ans avant notre ère)

Des dieux et des papyrus Une médecine organisée, un début de terminologie en anatomie des thérapeutiques, des tests édi d t t médicaux.

Le mondehellénique et Hippocrate (4ème siècle avant notre ère) Issu d une famille médicale les Asclépiades d’une médicale, Asclépiades, Hippocrate a beaucoup voyagé De la soixantaine d’œuvres dit Corpus Hippocratique d œuvres environ six sont probablement de sa main, parmi elles: la maladie sacrée, Airs, Eaux, Lieux, le serment. Ses idées: - l’observation est une clé fondamentale de la médecine lobservation - toutes les maladies sont de causes naturelles et non d o g es divines d’origines d es - le médecin doit aider le corps malade à se guérir lui même Ses traitements: le régime, les exercices, et quelques remèdes.

Hippocrate
II Inspiré par les présocratiques Divinités et origines des maladies Airs eaux lieux Le but de ce traité: préparer le médecin voyageur à comprendre les l maladies enf l di fonction d climat et de l’environnement: ti du li t t d l’ i t - l’exposition au soleil des cités, - le régime des vents - l’origine des eaux consommées : pluie, source, neige, eaux stagnantes, etc... en fonction de la nature des sols, en fonction des cultures et coutumes, les lois i i l l i ainsi que l régimes politiques les é i liti Comportement moral et serment

Hippocrate Hippocrate et la théorie des quatre humeurs
Développement en parallèle avec la théorie des 4 éléments sang, phlegme, bile et atrabile La santé = équilibre des humeurs En cas de maladie, il faut revenir à l’état normal: rééquilibrer les humeurs, les disperser, les fluidifier, les renforcer Les édi L médicaments agissent par leurs effets contraires (allopathie): t i t l ff t t i ( ll thi ) le froid permetde rafraîchir les maladies échauffantes. Les humeurs agissent sur les caractères: le caractère sanguin, phlegmatique ou lymphatique, le bilieux et l’atrabilaire ( l’ t bil i (en grec: mélancholé) él h lé)

ARISTOTE
I Aristote (4ème siècle avant J.-C.) né à Stagyre, élève de Platon Platon, privilégie la philosophie pour connaître la Nature et relègue la médecine à une place secondaire lamisogynie, l’idéologie grecque d'alors l’âme (anima en est la traduction latine) est la réalisation d une fonction d’une trois sortes d'âmes: e végé ve p es, - l’âme végétative des plantes, - l’âme sensitive (sensitivo-motrice) des animaux - l’âme rationnelle, et l'homme dispose des trois.

ARISTOTE
II

Les êtres vivants possèdent aussi une chaleur vitale, une « chaleur innée ». Aristote a...
tracking img