La structure sociale

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 15 (3604 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 10 janvier 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
CHAP 3 : LA STRUCTURE SOCIALE.

Tous les sociologues font un constat unanime : dans toutes formes de sociétés, tous les individus n’occupent pas les mêmes positions sociales : il existe une hiérarchisation sociale plus ou moins importante. A partir du document ci-après nous allons approcher les différentes stratifications sociales :

* La stratification dans la société indienne Témoignagede VIRAMMA, de la caste des Intouchables, asservie à une famille de propriétaires fonciers, près de Pondichéry

|Toute ma famille est engagée chez le Grand Reddiar (haute caste des propriétaires fonciers. Mon mari s’occupe des pompes d’arrosage, moi, je |
|ramasse les bouses de vaches et je nettoie l’étable. C’est que nous ne possédons pas de terre. Dieu ne nous a laissé que ces yeux etces mains |
|pour gagner noter vie. |
|De toutes les castes qui vivent à l’ur (village où vivent les non intouchables : lieu de pureté religieuse, du statut social et de la puissance |
|publique ; les intouchables vivent au céri ), celle des Raddiar est la plus haute.Ils n’ont pas d’égaux. Les autres viennent après : les |
|Mudaliar, les Naîker, … les Reddiar, ce sont ceux qui ne vont pas travailler et qui font travailler les autres : 50, 90, 200 personnes… Leurs |
|femmes ne travaillent pas et ne sortent jamais. Comme il y a de hautes castes riches , il y a de basses castes pauvres. Dieu a donné des terres |
|aux hautes castes riches, et il adonné aux basses castes pauvres le devoir de cultiver ces terres. Le devoir des hautes castes riches, c’est de |
|nous employer, nous les PALLI, les parias. |
|D’autres basses castes ont leur métier particulier. Ils sont un peu plus hauts que nous, parce qu’ils ne mangent pas de viande debœuf ; ils |
|mangent des légumes, des poissons, de la volaille ; ils boivent du lait. Mais la viande, c’est impur, c’est du déchet ; et comme nous mangeons des|
|déchets, nous sommes impures. Voilà la différence entre basses et hautes castes. |
|J et J.L RACINE, une vie de paria, « terre humaine », Plon , 1994|

a) Quelles pratiques caractérisent la position plus ou moins élevée dans la hiérarchie sociale ?
b) Comment VIRAMMA explique –t- elle la structure sociale de la société dans laquelle elle vit ?

* La stratification dans les sociétés primitives
Dans les sociétés traditionnelles africaines, la « différenciationstatutaire » s’établira à partir d’éléments non sociaux, comme le sexe ou l’âge, ou bien grâce à des qualités individuelles religieuses , guerrières ou autres, qui donnent à l’individu plus de prestige qu’à un autre, mais jamais de véritable pouvoir durable.
C’est ainsi que dans ces structures égalitaires peuvent émerger provisoirement quelques leaders. Mais l’essentiel du pouvoir reposera sur l’autoritédes Anciens, hommes dont l’âge les rapproche de la communauté spirituelle protectrice des ancêtres.
J.LOMBARD, Introduction à l’ethnologie, Cursus, Armand Colin, 1994

a) Qu’est-ce –qui fonde la hiérarchie sociale de ce type de société ?

* La stratification dans les sociétés d’ordres
La division en ordres a caractérisé les sociétés de l’Europe médiévale et s’estperpétuée en France, sous l’ancien Régime, avec la division de la société en trois états : la noblesse, le clergé et le tiers état. Les ordres sont des groupes sociaux hiérarchisés en fonction de la dignité accordée aux différentes fonctions sociales. Dans une société d’ordres, la transmission des statuts sociaux est largement héréditaire et la mobilité entre ordres est réduite.
Castes et...
tracking img