La stylistique

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 25 (6135 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 15 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
La stylistique est étroitement liée avec les autres sciences linguistiques. Sans
l’appui de la grammaire, de la phonétique, de la lexicologie, etc. qui lui fournissent
des données exactes sur le système de la langue elle ne saurait obtenir de bons
résultats. A la différence des autres sciences linguistiques, la stylistique n’a pas de
niveau spécial. Elle s’intéresse, comme il a été déjànoté, au fonctionnement des
différentes unités linguistiques à tous les niveaux de la langue, à leur aptitude de
satisfaire aux besoins de la communication, à leur couleur et fonctions stylistiques.
Si la grammaire ou la phonétique nous enseignent de parler correctement, sans
fautes, la stylistique nous apprend à nous exprimer bien, à adapter notre langage
aux conditions de lacommuniation.
La stylistique est également liée à l’histoire de la langue puisque la couleur
stylistique des formes linguistiques change avec l’évolution de la langue et tous les
styles fonctionnels ont subi une longue évolution au cours des siècles.
En outre la stylistique se trouve en contact avec de telles disciplines non
linguistiques comme la psychologie ou la sociologie puisqu’elles’intéresse aux
effets produits par le langage sous l’influence des facteurs affectifs ou à la
différenciation sociale de la langue nationale.
Comme toute autre science la stylistique dispose de toute une série de
méthodes qui lui permettent de procéder à l’analyse des faits d’expression. En premier lieu c’est la méthode de comparaison qui est l’une des plus
universelles. La comparaison estl’essence de l’analyse stylistique. Grâce à cette
méthode on arrive à déterminer les différentes nuances stylistiques que possèdent
les variantes dégagées à tel ou tel autre niveau de la langue. Cette méthode
s’applique également avec fruit à l’étude stylistique comparée de deux ou de
plusieurs langues.
La méthode de comparaison est souvent accompagnée de la méthode de
substitution, quiconsiste à remplacer un des éléments du contexte donné par un
autre élément pour établir l’équivalence ou la différence stylistique entre les unités.
Ex. Membre de l’Académie royale de Belgique et de l’Académie
Goncourt, grand-officier de la Légion d’Honneur, Colette s’éteint en pleine
gloire le 3 août 1954.
En substituant au verbe s’éteindre dans cet exemple les verbesmourir,
partir, crever etc. nous arrivons à préciser les nuances décrites plus haut.
La méhode suivante est la méthode distributive qui suppose la nécessité
d’analyser les éléments du contexte qui peuvent accompagner le mot en question
(ou une autre forme étudiée). Ainsi pour comprendre la différence stylistique entre
les mots bête et animal il est très utile d’étudier les contextestypiques pour
chacun de ces termes: l’amour des bêtes, une sale bête, pauvre bête, brave bête;
animaux domestiques, sauvages, la classification des animaux, animaux
disparus, etc. L’analyse de ces contextes montre que la valeur de bête est plus
affective que la valeur de animal qui est neutre.
Une des méthodes les plus répandues dans les recherches stylistiques est la
méthodestatistique. Elle consiste à déterminer la fréquence d’un mot ou d’une
autre forme linguistique dans tel ou tel contexte, dans tel ou tel style fonctionnel,
chez tel ou tel auteur. Souvent c’est l’emploi plus ou moins généralisé d’une
expression par telle ou telle catégorie d’usagers qui crée sa valeur stylistique.
Ainsi, les mots azur, firmament sont traités comme poétiques puisqu’ils serencontrent plus souvent dans la poésie, beaucoup plus souvent chez les poètes que
chez les prosateurs. Les adjectifs de relation du type présidentiel, ministériel sont caractéristiques surtout pour le langage des journalistes, etc. On peut constater avec
Pierre Guiraud que «la statistique est un des instruments les plus efficaces dans
l’étude du style» («La stylistique», p. 107 )....
tracking img