La superpuissance des etats-unis

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 26 (6326 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 8 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
LA SUPERPUISSANCE DES ETATS-UNIS
La notion de puissance désigne la capacité d’un acteur à avoir une influence sur le comportement d’autres acteurs. Les critères sont : territoire, économie, population, poids militaire et diplomatique, rayonnement culturel et scientifique.
Introduction :
Etude de cas n°1 : Les Subprimes

La crise des Subprimes montre de manière négative la centralitééconomique des USA au niveau mondial, cette crise souligne le fait que les USA constituent le pilier de l’économie internationale.
Avant la crise, on assiste à la naissance des Subprimes, qui sont des prêts immobiliers dits low-cost destinés aux familles modestes étatsuniennes. A ce moment là les Subprimes existent à l’échelle nationale.
Entre en jeu le phénomène de titrisation, l’argent prêté esttransformé en titre et revendu en petit crédit à d’autres banques. Les personnes concernées doivent alors rembourser à plusieurs créanciers. Les grandes agences de notations surcotent ces titres qui sont en réalité très risqués. Tout le monde se met à acheter ces fameux Subprimes, les banques d’investissement mondiales en achètent, parfois en s’endettant. On parle désormais des Subprimes dans lemonde entier.
L’immobilier baisse considérablement, saisis de panique, les actionnaires vendent leurs titres, les foyers n’arrivent plus à rembourser leurs intérêts. Les plus grandes banques américaines font faillite, comme Lehman Brothers. Le système d’assurance bancaire n’existe pas aux Etats-Unis, si une banque fait faillite tous les fonds sont perdus.
C’est le Krach boursier à Wall Street,celui-ci va gagner progressivement les bourses internationales. Les banques arrêtent de prêter, c’est le « Credit Crunch », resserrement du crédit. On assiste à un ralentissement économique mondial. Les Etats les plus puissants tentent de réagir, notamment grâce à des plans de relance nationaux, et des réunions du G20 comme récemment à Pittsburg.
Mais les conséquences demeurent considérables,l’économie est très affectée, en France on compte près de 80 000 chômeurs supplémentaires chaque mois, depuis fin 2008. Le monde entier est tourné vers les USA, on attend avec impatience la réaction du président étatsunien. Deux mois après son investiture, Barack Obama, annonce le lancement d’un plan de relance économique de près de 2000 milliards de dollars.
Tout est parti des USA, puis cela s’est étenduau monde entier. Les USA définissent donc l’économie mondiale, ils sont une sorte de baromètre international de l’économie, quand l’Amérique va tout va.
Les USA déclenchent la crise et trouvent les solutions. Le système financier est basé sur les USA, les indices boursiers varient en fonction de celui de Wall Street. On parle de centralisation mondiale de l’économie sur les USA.
Néanmoins lapuissance américaine n’est pas aussi constante, puissante, stable, qu’elle en a l’air. Notamment au sujet des difficultés rencontrées en Afghanistan et en Irak.

Etude de cas n°2 : La géographie électorale américaine

On remarque que les votes pour Obama aux dernières présidentielles sont massivement localisés sur les littoraux, une Amérique démocrate, plutôt urbaine et ouverte géographiquement.Cela s’oppose à la « Bible Belt », les USA du sud où la majorité est républicaine et où l’on vote pour Mc Cain. Ces inégalités se reflètent même au sein des Etats, au Texas par exemple où l’on trouve une grande quantité d’électeurs républicains, sauf à la frontière avec le Mexique où les personnes vote pour Obama. Les USA ne peuvent pas être considérés comme un pays homogène, il existe beaucoup dedisparités.
Les USA ont la faculté de s’adapter vite et de manière efficace, ils peuvent changer d’orientation rapidement.

Les USA sont-ils le cœur du système mondial ? Dans quelles mesures l’organisation du territoire américain reflète-t-elle la puissance étatsunienne ? A quels niveaux cette puissance s’exprime-t-elle ?

I- A l’échelle globale et continentale : une géographie...
tracking img