La terre et les hommes, histoire droit première année

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1541 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 26 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Pourtant il reste comme entendu que l’agriculture en définitive ne s’apprend pas mais se transmet comme un héritage. Cela explique que les écoles d’agriculture soit absolument exceptionnel aux 19eme siècles, on n’imagine pas les paysans de base aient besoin d’une formation pour apprendre à cultiver la terre. Quelque initiative isolées, quelles soient officielles ou non, ont crée certes quelquesétablissements mais ils demeurent exceptionnels. En effet il y a une sorte d’accord tacite pour estimer que tels ou tels établissements sont inutiles. Cela explique que l’enseignement agricole lorsqu’il a été développé a été conçut comme une entité extérieur à l’instruction publique.

On comprend ainsi que l’agriculture scientifique est une sorte d’objectif lointain ou très lointain qui est trèsétranger à la majorité de celle ou de ceux qui travaillent la terre. D’ailleurs ces mêmes scientifiques n’étaient pas parvenus à surmonter l’un des fléaux agricoles de la fin du 19 eme siècle, le Phylloxera c'est-à-dire une attaque générée par un puceron qui dessèche le pied de la vigne. Même louis Pasteur n’a pas réussit.

C. Vers l’époque du productivisme

On parle souvent au 19 eme siècledans certains nombre d’ouvrage de révolution agricole, pour qualifier les progrès incontestablement efficace. Or la véritable révolution agricole est tardive. C’est vraiment celle qui intervient dans les années de l’âpres guerre (1945). Pour beaucoup d’auteurs dont un sociologue Mendras qui est un sociologue de l’espace rural, il y a véritablement dans cette révolution agricole tardive une ruptureconsidérable avec des pratiques pluriséculaire ou millénaire ainsi aujourd’hui on peut cultiver hors sol. On note également que la productivité agricole s’est accrue de façon exceptionnelle, par exemple la France de 1945, 30% de la population active est dans le secteur primaire agricole. Elle ne parvient pas à nourrir 40 millions de français. En l’an 2000, 3 ou 4% de la population active qui estagricole non seulement parviennent à nourrir plus le pays mais en plus dégage des excédents considérables.

On est passé depuis le 19 eme siècle et le début du 20eme à une vision totalement différente de l’agriculture et des agriculteurs. La révolution avait légué l’image idéalisée d’un citoyen qui était en même temps un petit propriétaire indépendant et autosuffisant.

Cette modernisation esten définitive arrivée tres tard. Lorsqu’il s’empare de l’état dans les années 1875-1880, les républicains mettent toujours en avant cette idée que la France est « une grande démocratie rurale », c'est-à-dire que la paysannerie en est la base.

Cette image persiste dans une partie d’imaginaire collectif pour le nombre d’observateurs c’est le fantassin paysan lui-même. Cette vision est idéalisée,transcrite au moment de Vichy (1940-1944) Pétain dit alors « La France doit redevenir ce qu’elle n’aurait jamais du cesser d’être » c'est-à-dire une France rurale. Cette vision disparait totalement des la fin de la seconde guerre mondiale, on part désormais du principe que la modernisation, l’exode rural ne sont pas une fatalité ni un élément désastreux mais au contraire la certitude de lapérennité d’une activité importante des l’économie nationale. C’est le basculement du discours ancien au discours nouveau. Jusqu’en 1944 (Vichy) tout les gouvernements avaient au moins en parole fait de l’exode rural l’ennemi mortel désormais cette exode rural est perçut comme le passage obligé de la modernité.

Dans ce mouvement les syndicats agricoles des 1945 qui ressurgissent après la libération (LAFNSEA) est considérée par les gouvernements comme la cheville ouvrière de cette modernisation. Il y a donc une sorte de partenariat, le syndicat agricole et le pouvoir politique. C’est alors qu’on lieux souvent de manière brutale les opérations de remembrement, c'est-à-dire le triomphe d’une certaine organisation rationnelle y compris dans le domaine ou combien pourtant complexe de la...
tracking img