La terreur dans l'histoire

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 23 (5747 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 27 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
« Il restera toujours la peur. Un homme peut détruire toute chose en lui-même, l’amour, la foi, la haine, et même le doute, mais aussi longtemps qu’il tient à la vie, il ne peut pas détruire la peur. » Joseph Conrad

« Quelle que soit l'importance des armes, ce n'est pas en elle, Messieurs les Juges, que réside notre force. Non ! Ce n'est pas l'aptitude des masses à tuer, mais leur dispositionà mourir, qui garantira en dernier ressort la victoire de la révolte du peuple. » Léon Trotsky

----

Remarque introductive

--> J'ai rédigé cet article sur les évolutions historiques et sémantiques des mots “terreur” et “terrorisme” pour l'édition de Mai 2009 du journal des étudiants de l'université d'Eichstätt/Ingolstadt où j'étudie en Allemagne. Certaines des phrases qui ne sont pas citéessont souvent reprises ou inspirées directement de lectures, qui sont toutes référencées à la fin.

--> A défaut d'être créatif, j'ai essayé de présenter de manière organisée et logique les idées les plus intéressantes que j'ai trouvées lors des recherches.

--> Cet article est dédié à Susan Boyle, contre la terreur des apparences.

----

De la peur à la terreur : origine et sens d’un motLa première utilisation du mot terreur (emprunté au latin classique dans son sens originel d'effrayer) a lieu en Provence en 1536. Le phénomène abstrait désigné par ce mot existe en réalité depuis le début de l’humanité puisqu’il va de pair avec l’évolution des violence physiques et psychiques qui s’abattent sur l’Homme lors des persécutions religieuses, des guerres, des pillages, desmassacres, des grandes épidémies ou même de l’apparition dans la religion chrétienne de la notion punitive d'enfer qui dépossède l'Homme de l'assurance du paradis.

Pleinement reliée à la dimension humaine de vie et de mort physique et spirituelle, la terreur possède deux compensantes omniprésentes : la violence et la peur. Cette dernière a le pouvoir de tétaniser notre sensibilité et donc de paralyserpartiellement notre conscience.

Cette peur dont la Terreur émane a aussi une histoire comme nous le rappelle Corey Robin dans son ouvrage La Peur : Histoire d’une idée politique :

« La peur, lorsqu’elle surgit – le 11 septembre l’a encore montré -, est nimbée d’un halo de présupposés intellectuels, dont certains datent de plusieurs siècles, qui façonnent nos perceptions et nos comportements.En tant qu’objet du débat public, la peur prend forme au sein des élites politiques et culturelles, qui suivent elles-mêmes dans cette voie les élites qui les ont précédées. »

Si la peur a une histoire, il ne fait pas de doute que la terreur aussi.

Au 18è siècle, l’emploi du mot se personnifie : « une terreur » vient désigner une personne responsable de l’asservissement et des malheurs de lapopulation ; en France c’est le Roi Louis XVI que l’on désigne ainsi.

L’avènement de la dimension politique de la terreur

En 1793 s'établit en France le régime de La Terreur, terme qui consacre l'avènement d'une dimension politique du mot terreur. Son origine est aujourd’hui encore une source de controverse historique.

Certains historiens comme Patrice Gueniffey, pensent que laphilosophie contractualiste de Jean-Jacques Rousseau, qui inspire de nombreux députés dont Robespierre, porte déjà en elle les germes de la Terreur : la notion d’un contrat social garant des libertés indivuelles justifie les mesures d’exception ; la liberté des institutions fonde le caractère exceptionnel de la suspension provisioire de la liberté.

Pour d’autres historiens comme Timothy Tackett,l’origine réelle de cette période énigmatique qu’est la Terreur est la tentative de fuite du Roi à l’étranger le 25 juillet 1791. Les écrits racontent que lors du passage du carrosse royal dans Paris, suite à son arrestation à Varennes, l’ambiance est lugubre, le peuple est silencieux, atterré que le Roi ait pu tenter de fuir. Certains sont armés de couteaux, de sabres. Le peuple français se détache...
tracking img