La terreur

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 20 (4807 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 12 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
COMMENTAIRE DE TEXTE : LA DECLARATION DES DROITS DE L'HOMME ET DU CITOYEN

«Pour qu'une constitution soit bonne, il faut qu'elle soit fondée sur les droits de l'homme et qu'elle les protège ; il faut connaître les droits que la justice naturelle accorde à tous les individus, il faut rappeler tous les principes qui doivent former la base de toute espèce de société et que chaque article de laConstitution puisse être la conséquence d'un principe, » Cet extrait prononcé par Mounier, député du Tiers- État, fait référence au contenu de ce que sera la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen, Cette Déclaration, rédigée et adoptée le 26 août 1789,est considéré comme une proclamation par les juristes car elle n'a aucune portée juridique pour la simple raison que sa rédaction ne serajamais terminée, En revanche, sa portée morale et symbolique est indéniable . Certains de ses principes furent d'ailleurs introduits dans la Constitution de 1791 dans le titre 1« des droits et des libertés », pour être ensuite intégrés dans le préambule de la Constitution de1946 et de 1958 , Sa valeur constitutionnelle ne sera reconnue qu'en 1971, où elle intégrera le Bloc de constitutionnalité, Sarédaction a été commencée le 4 août 1789 par l'Assemblée Nationale constituante puis a été suspendue le 27, dans le but de se consacrer entièrement à la rédaction de la Constitution, Lorsque les députés ont souhaité revenir sur sa rédaction, il n'étaient plus possible d'en modifier le contenu, ceci en raison de la dimension universelle qu'elle a pris en peu de temps, L'Assemblée a donc déciderde l'adopter telle qu'elle. Elle fut le premier texte rédigé par les députés , dont les deux principaux rédacteurs ont été Mirabeau et Sieyès. Cette Déclaration marque un véritable tournant révolutionnaire et reflète parfaitement l'influence de la pensée philosophique.
Le XVIIIème siècle, dit siècle des Lumières, est pour la France un siècle marqué par plusieurs crises de tous genres :économique, sociale, financière, morale, et politique. Des idées nouvelles se diffusent partout dans les clubs, les salons, les sociétés littéraires, les cafés. Les philosophes tels que Rousseau, Montesquieu, Voltaire ou Descartes sont lus et leur nouvelle façon de penser le Monde, l'Homme et la connaissance se propage dans l'élite bourgeoise. C'est aussi l'époque de l'Encyclopédie, rédigée par Diderot etd'Alembert, La place de l'écrivain prend donc de plus en plus d'importance, Plusieurs disciplines nouvelles se développent telles que les sciences humaines ou les sciences naturelles, L''être humain est placé au centre des préoccupations, Cette révolution de la penser se traduit également en politique par une réflexion sur le gouvernement des sociétés, l'abolition des privilèges, la lutte pourl'égalité sociale, Certains philosophes interviennent même dans des grandes affaires judiciaires, c'est le cas notamment de Voltaire qui défend Calas, un protestant injustement accusé d'avoir tué son fils, On remet également en cause l'idée de la création. La religion est appréhendée sous un aspect utilitariste, La misère qui touche le pays devient alors la conséquence d'une mauvaise organisationsociale, Face à cette crise et à cette révolution du mode de penser, la royauté n'est plus efficace et ses nombreuses tentatives de réformes le confirme, Le système de l'impôt est lui aussi contesté et tout cela contribue à l'affaiblissement du pouvoir royal, Le décide donc de convoquer les États Généraux, Le 5 mai 1789, Louis XVI ouvre ainsi la séance qui fut une nouvelle fois synonyme d'échecpour la Monarchie, En effet, le 17 juin 1789, le Tiers- État rejoint par quelques clercs ; se proclame Assemblée Nationale, Trois jours plus tard, dans la salle du Jeu de Paume, les députés prêtent le Serment de ne jamais se séparer avant d'avoir donné une constitution à la France, Le 23 juin, Louis XVI déclare nulles toutes les délibérations du 17 juin 1789, Les jours suivants, sous la pression...
tracking img