La théorie du marché

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (871 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 21 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Table des matièresTable des matières
1 La théorie du marché1
1.1 Qu'est ce qu'un marché ?1
1.2 La théorie des marchés parfaits1
1.2.1 L'hypothèse de rationalité1
1.2.2 Le principed'optimisation de l'utilité1
1.2.3 Le modèle walrasien du commissaire-priseur2
1.2.4 les conditions de la concurrence pure et parfaite2
1.2.5 La neutralité face au risque2
1.3 L'équilibre sur unmarché parfait (= concurrentiel)2

La théorie du marché
Qu'est ce qu'un marché ?
Ce qui singularise le système capitaliste n'est pas la propriété privée des moyens de production mais lacoordination du comportement des différents agents économiques les mécanismes du marché.
Le marché est un mécanisme de coordination spontanée des agents économiques, par lequel l'offre et la demande debiens et de facteurs sont confrontés, selon la loi de l'offre et de la demande. Le marché est en équilibre (économique) quand l'ensemble des biens produits a pu être vendu et que l'ensemble des bienssouhaitant être consommé ont pu être acheté.
La théorie des marchés parfaits
L'hypothèse de rationalité
les décisions des agences sont prises en considération exclusive de leursintérêts matériels personnels.
Le principe d'optimisation de l'utilité
l'utilité marginale est une fonction décroissante de la quantité consommée (loi de Gossen). La fonction d'utilité marginaleet la dérivée de la fonction d'utilité totale.
Optimisation : les agents tentent de maximiser leur bien-être matériel au moyen du minimum de ressources dont il dispose.
Optimalité au sens de Pareto: les utilités ne sont pas comparables entre elles et ne peuvent ni être agrégées, ni être compensées. Par conséquent (définitions) : une situation est Pareto – optimale lorsque aucun agent ne peutvoir son utilité progresser sans que l'utilité d'un agent ou, a fortiori de plusieurs autres agents ne diminuent.
Optimalité au sens de Kaldor : principe de compensation : on peut accepter et même...