La tolerance

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2432 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 11 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
La Tolérance

Le plus grand défaut de la critique et de la satire, c’est de mettre l’accent sur les abus. Elles les éclairent, les ridiculisent, les combattent, mais les consacrent bien souvent comme cibles officielles.
Si l’intolérance sanglante est flétrie au long des siècles, le danger c’est l’intolérance frustre, qui n’a même plus à être furtive si elle est faible, ou terrifiante si elleest forte, qui se fond dans la vie quotidienne, qui s’y intègre si profondément qu’on ne peut plus la reconnaître ni l’isoler, ni, en conséquence la combattre.
Nous n’avons pas fait beaucoup de progrès depuis le lointain et ambigu conseil: " si on te frappe sur la joue droite, tend la joue gauche ".
il semble paradoxal de déclencher l’offensive de la tolérance dans notre temps, plus exigent,plus tyrannique que jamais, avec des hommes qui se croient irrémédiablement écrasés par leur propre nombre ainsi que par le progrès. Cette croyance est une victoire de l’intolérance qui les ravale au rang d’objet.
Cette planche est un voyage sur le théâtre des opérations.
Le drame est que l’intolérance, comme " la dame de Shanghai " d’Orson Wells, apparaît dans de nombreux miroirs. On ne sait oùviser pour l’atteindre. Dès qu’elle disparaît dans une glace brisée, une autre s’impose aux regards. Nous sommes donc menacés, sans savoir si c’est par des reflets ou par la réalité.
L’intolérance est partout et présente mille visages et mille dimensions. Infime, on n’ose pas la suspecter, de peur de passer pour un maniaque de la persécution. Immense, elle semble dominer le monde et paralysetoutes les énergies. Pourtant, dès qu’on l’affronte, ou la traverse, on peut alors se rendre compte qu’elle n’est qu’une ombre.

1) Incantations
la précaution élémentaire est de ne tenir pour homme que ce qui est fait de chair et d’os et qui a la forme humaine. Bien sûr cela va de soi! Mais attention, l’apparence est trompeuse. Il y a de nombreuses figures humaines qui ne sont pas des hommes.Des croyances, des institutions, des devoirs, des droits, des récompenses, des punitions¼ démiurges dont les pouvoirs ne sont jamais qu’empruntés aux humbles humains. Nous vivons au temps des enchanteurs, et l’intolérance en a beaucoup à son service.
Pris dans ses filets, nous sommes convaincus que nous ne pouvons que la subir ou la pratiquer. Un mot peut paraître anodin, un sous-entendu allerde soi, un postulat qui parait évident, et hop! Nous voici liés, comme par ces contrats que l’on signe sans lire. On dit une chose, on en pense une autre, on en fait une troisième. Ces dérapages ne sont pas la résultante de maladresse et de hasard. Ils convergent tous vers une opinion dominante. C’est pourquoi il faut reconnaître le premier terrain de l’intolérance, qui est le langage. Plusimportant par ce qu’il révèle que par ce qu’il exprime. Il faut donc repérer les aspérités et excroissances qui passent pour clauses de style mais ouvrent la voie à un rapport oppressif.
Comment dispenser le combattant d’être héroïque? L’ennemi d’être barbare? Le labeur d’être acharné? La victoire d’être chantante? La Patrie reconnaissante?¼
la réalité est enfermée dans les serres de phrases toutesfaites, d’autant plus intolérantes que tous les hommes qui manquent de moyens d’expression les utilisent par facilité et prennent des habitudes d’esprit. L’expression " combat héroïque " unit une fois pour toutes l’héroïsme et le combattant. Il devient alors inconvenant et inadmissible de dire que l’héroïsme peut être pratiqué par un civil, fut-ce une femme de ménage qui élève ses enfants, dedire qu’un combattant n’est pas nécessairement héroïque, mais qu’il peut être affolé à l’idée qu’on peut lui botter le derrière ou lui tirer dans le dos.
Trop souvent d’ailleurs, les combattants sont traités de héros après des combats perdus pour faire oublier le crime de ceux qui les y ont conduits.

2) Anthropomorphisme
Pendant des siècles nous avons fait dieu à notre image. C’est un homme,...
tracking img