La tristesse de cornelius berg (reprise de texte d'un autre site)

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2330 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 30 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Je tiens à dire que le texte qui suite a été trouvé ailleurs cependant je souhaitais le partager.

"La Tristesse de Cornélius Berg" conclut les Nouvelles Orientales sur une note pessimiste. Marguerite Yourcenar y représente la vieillesse désabusée d'un peintre hollandais retiré à Haarlem.
Nous étudierons la variété de sensations évoquées par la mémoire du peintre et nous démontrerons commentcette mémoire se fonde sur un jeu complexe de chocs et d'associations. Enfin nous examinerons comment le rapport entre l'esthétique et la morale vient discrètement expliquer la tristesse de Cornélius Berg.

On y découvre des collisions poétiques où se confondent les sensations tactiles, visuelles et auditives, telles ces "couleurs éclatantes ou tendres"(sensation visuelle) dont on nous ditqu'elles crèent une palpitation (tactile) et des bruissements (auditive)). Encore ces rapprochements sont-ils avancés avec précaution : "eût-on dit" ; l'emploi du subjonctif souligne le caractère peut-être illusoire de cette hallucination sensorielle. la confusion des sens créée par le spectacle du jardin de tulipes, on trouve l'expression de "harem floral" pour caractériser ce dernier; la métaphoredu jardin-harem ou des femmes-fleurs suggère une débauche de formes et de qualités présente tout au long du texte : le vif et le mort s'y côtoient et s'y confondent, ainsi que le moral et l'objectif ("les honteuses maladies") ou encore l'humain et l'inanimé. Ainsi, les "expressions d'avarice, de sottise ou de férocité notées sous tant de beaux ciels" trouvent un écho discret dans l'alignement des"pointes des cyprès [perçant] le ciel pâlement bleu"
Le regard de Cornélius guide progressivement le lecteur dans ce chaos. Les verbes employés y indiquent une progression intéressante. Du simple fait de "regarder", on passe à un reflet où s'absorbe la "contemplation". Plus loin, Cornélius "revoit" puis "admire avant de finalement ôter ses lunettes. Le "terne miroir plombé" du canal est ainsi lelieu d'un passage de la vision objective à la vision subjective. Miroir aux propriétés étranges, il reflète aussi bien la mélancolique Harleem que les souvenirs de Cornélius dont la conscience fait le voyage, littéralement "de l'autre côté du miroir". Il y a des verbes qui servent a décrire le regard sur les choses et le regard sur les idées : on revoit un lieu aussi bien qu'on revoit une idée, onadmire un paysage aussi bien qu'une pensée Au fil du texte, deux frontières disparaîtront ainsi : frontière entre le jugement esthétique et le jugement moral d'une part ; frontière entre la perception par les sens et la perception par la mémoire d'autre part.
 Moins préoccupé de l'examen proposé par le Syndic que par ses propres souvenirs, Cornélius est insensiblement porté à se rappeler unesituation identique survenue "à Constantinople" dans un passé indéfini. Le face à face du peintre et de son ami présente donc un contraste discret. L'amateur de tulipes, que l'on devine influent, est toujours animé par un désir de perfection dont témoignent ses recherches horticoles. A l'opposé, Cornélius est présenté comme un personnage désabusé. Ces actes trahissent une attitude passive etdistraite : ici, il laisse son regard errer sur le canal, "terne miroir plombé", alors que le Syndic attire son attention sur la fleur ; là, ses facultés de concentration sont débordées par le jeu autonome de sa mémoire, ce que traduit habilement la fonction objet du pronom : "un autre souvenir lui vint"(l.10). Le peintre n'a pas de lui-même provoqué cette comparaison, elle s'est imposée à lui. Cornéliusparle encore "avec amertume, à voix basse" (l.22), interrompt l'examen de la tulipe par un geste qu'on imagine plein de lassitude, "ôtant ses lunettes" (l.19-20) comme s'il renonçait finalement à regarder le monde extérieur pour contempler exclusivement le paysage intérieur que lui proposent ses souvenirs.
2.2 Cette prépondérance du souvenir sur l'instant présent détermine plusieurs mises en...
tracking img