La vérité peut-elle engendré la peur?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1063 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 26 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Guyot Steven TGET2

Philo

La vérité en elle même n'a pas toujours été acquise. De nombreux philosophes comme Descartes on remis en doutes le fait que la vérité sois absolue si elle n'est pas prouver rationnellement. Mais qu'est ce que la vérité? Descartes en donne ladéfinition en ces termes: « Ce mot vérité, en sa propre signification, dénote la conformité de la pensée avec l'objet, mais que, lorsqu'on l'attribue aux choses qui sont hors de la pensée, il signifie seulement que ces choses peuvent servir d'objets à des pensées véritables [...] ; mais on ne peut donner aucune définition de logique qui aide à connaître sa nature » Mais dans un sens, le fait dechercher la vérité à toutes choses a toujours terrifier les hommes. Mais on peut se demander en quoi est-ce que la vérité peut terroriser les gens. Tout d'abord je mettrais cette idée au clair puis je finirais par expliquer pourquoi la vérité est quand même bonne à savoir dans la majorité des cas.

Pour commencer, en quoi la vérité fait elle peur? Beaucoup de philosophes on déduits de leursrecherches que les vérités comme nous l'entendons ne le sont pas obligatoirement dans un sens absolu. Descartes déclare: "J'avais depuis longtemps remarqué que pour les mœurs il est besoin quelquefois de suivre des opinions qu'on sait fort incertaines, tout de même que si elles étaient indubitable ». Donc cette peur d'être finalement dans le faux devient forte dans l'esprit de certaines personnes, cequi fait de ce genre de vérités quelque chose de terrifiant. Sachant cela, les philosophes se sont mis à chercher les vérités absolues du monde mais ces recherches peuvent également devenir source de peur. L'histoire à prouver que toutes vérité n'est pas bonnes à dire. L'exemple de Galilé peut être utilisé dans ce cas la. Il réussi à prouver que la Terre n'était pas plate mais belle et bien rondeet également qu'elle n'était pas le centre de l'univers mais tournait autour du soleil. La terreur qui suivit cette déclaration emmena Galilé au buché pour hérésie. Des années après, un autre exemple apparaît. Sur plusieurs générations, des étudiants en latins, hébreux et grecs se mirent à traduire la Bible dans leur langue car à cette époque, les croyants suivaient la messe en latin et donc lamajorité de ces derniers ne pouvaient pas comprendre le message qu'elle délivre. Lorsque que les traducteurs furent découverts, ils furent également taxé d'hérésies et furent mis à mort car ils tentaient de délivré une vérité qui dérangeait l'église de l'époque.
Un autre point de la recherche de la vérité peur engendré la terreur. La peur de se perdre dans cette recherche et de finalement ne rientrouver de vrai au bout du compte. Spinoza a écrit: « Pour trouver la meilleure méthode de recherche de la vérité, nous n'aurons pas besoin d'une méthode par laquelle nous rechercherions cette méthode de recherche, et pour rechercher cette seconde méthode nous n'aurons pas besoin d'une troisième et ainsi de suite à l'infini; car de cette façon nous ne parviendrons jamais à la connaissance de lavérité ni même à aucune connaissance. » Des raisonnements qui mènent sur d'autres, qui mènent également sur d'autres raisonnements peuvent faire peur lors que la personne se rend finalement compte qu'elle n'a pas avancé ou alors qu'elle a totalement dévié dans sa pensée.
Finalement, on peut également citer la peur du résultat. Dire ou connaître une vérité peux avoir des incidences graves sur lemonde qui nous entoure. Toutes guerres on commencées comme sa, sur un désaccord entre deux vérité énoncées. Nietzsche parle de ce cas en ces mots: « La recherche méthodique de la vérité est du reste elle-même le résultat de ces époques où les convictions se faisaient la guerre. Si l'individu n'avait pas tenu à sa « vérité » à lui, c'est-à-dire à avoir toujours raison, il n'existerait aucune méthode...