La vengeance

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2129 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 5 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Sujet de culture générale

Sujet : En vieillissant, on s’aperçoit que la vengeance est encore la forme la plus sûre de la justice. Henry BECQUE.

Agée de 69 ans, Eugène TERRE BLANCHE leader de l’extrême droite en Afrique du Sud a été battu à mort par deux de ses employés Noirs, le samedi 03 avril 2010. Ses partisans, après des manifestations continuent de réclamer vengeance. Courant mars2010, chrétiens catholiques et musulmans animés par un sentiment de vengeance, se sont entretués au Nigeria.
Il nous est arrivé à tous de faire l’expérience d’un sentiment de vengeance : une humiliation, une blessure ou un acte que nous voudrions faire subir à autrui. La vengeance peut donc être définie comme l’action par laquelle une personne offensée, outragée ou lésée, inflige enretour et par ressentiment, un mal à l’offenseur afin de le punir. Tandis que le mot justice est polysémique. Le terme français vient du latin « jus » qui signifie le droit. Cependant, la définition actuelle, même si elle conserve ce sens en tant que respect de l’institution judiciaire lui en rajoute un autre, un sens moral. Ces deux sens sont ressortis par Platon dans son ouvrage La République où ilaffirme qu’être juste est en même temps une vertu et le respect d’une organisation de la vie sociale.
Ce qui prévaut dans la justice c’est le principe de l’égalité, chacun devant être traité de la même manière. Aussi pour faire une différence, le sujet précise l’expression « forme la plus sûre », ce qui sous-entend que la vengeance est la forme de justice qui permet le mieux derendre ou de rétablir l’égalité rompue. Voilà l’idée d’Henry BECQUE.
Mais que peut-on en penser ? Pourquoi se venge-t-on ? La vengeance est-elle toujours justifiée ? La justice doit-elle toujours reposer sur des sentiments ? La vengeance ne peut-elle pas être à l’origine d’autres violences ? Peut-on légitimement poser un acte qui vise à faire le mal en toute justice ? Doit-on à la foisêtre juge et partie ? L’objectivité dans la justice n’exige-t-elle pas une médiation neutre ? Enfin, ne doit-on pas faire une distinction de la justice aussi bien dans son contenue que dans sa forme ?
A l’évidence, la vengeance est aujourd’hui encore un fait social. Il n’est donc pas exagéré de dire quant à son contenu qu’elle est la forme la plus sûre de justice ( I ). Cependant,la forme qu’elle épouse la retire toute légitimité ( II ).


I – Il n’est pas exagéré de dire quant à son contenu que la vengeance est la forme la plus sûre de justice parce que …

Permettant effectivement de punir le coupable (A), et reposant sur un principe d’équité (B), Henry BECQUE amatière à penser que la vengeance est la forme la plus sûre de la justice.

A - … la vengeance punit le coupable.

Toute personne qui cause du tort à autrui mérite une punition (1). La vengeance permet ainsi de punir où la justice institutionnelle est impuissante (2).

1- Tout coupable mérite punition.

La loi est l’expression de la volonté générale. Tous les citoyens doivent donc s’ysoumettre et la respecter. S’il ne respecte pas la loi, le citoyen s’expose à une sanction ou punition. C’est ce principe qui permet d’organiser les conditions de vie dans notre société.
Par coupable ici, il faut entendre toute personne qui en violant une loi établie, porte préjudice à autrui. Aussi la justice pénale a pour fonction de juger et de punir une personne qui a été reconnuecoupable d’un comportement interdit par la loi. Dans le même sens le droit civil pour sa par est gouverné par l’article 1382 du code civil selon lequel « tout fait quelconque de l’homme qui cause à autrui un dommage, oblige celui par la faute duquel il est arrivé à le réparer ».
Toutefois, il est des circonstances où la justice institutionnelle ne parvient pas à réaliser une telle...
tracking img