La versification

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1575 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 30 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
LA VERSIFICATION

I. DEFINITION
La versification est l'ensemble des techniques utilisées pour écrire un poème ; elle n'est pas obligatoirement synonyme de poésie : la poésie est un art qui s'efforce de toucher la sensibilité du lecteur, comme son imagination, essentiellement par un travail sur la forme (musicalité, métaphores...). Elle a toujours été considérée comme un langage à part, unlangage sacré, mais elle n'est pas obligatoirement versifiée.
A l'origine, (Antiquité, Moyen Age), la poésie est un chant généralement accompagné de la lyre, (de là, le terme de lyrisme) Ensuite, elle s'est déclamée. De nos jours, elle est surtout lue. A chacune de ces étapes a correspondu une évolution de la poésie (Apollinaire, et ses Calligrammes).
Jusqu'au XIXe siècle, la poésie est fortementcodifiée. Elle suit de façon obligatoire les règles de "La Pléiade", mais surtout de Malherbe, inspiré de la Poétique d'Aristote (philosophe grec), et de Boileau qui s'est contenté de reprendre les règles de Malherbe. Après le XIXe siècle, surtout avec Rimbaud, considéré comme le père de la poésie moderne, les règles seront peu à peu oubliées.

II. LA STRUCTURE DES VERS

A. Le décompte dessyllabes, des "pieds"

1. Le problème du "e" muet
a) Le "e" muet ne se compte dans le nombre de pieds que s'il est suivi, à l'intérieur du vers, par une consonne ; on ne le compte jamais s'il est suivi par une voyelle, ou s'il est à la fin du vers.
b) Exemples : vers 16, 17, deux alexandrins :"C'était l'heur(e) divin(e)/
où sous le ciel gamin"
vers 29, treize syllabes :"Et que vous aurez un(e)petit(e) ami(e) anglais(e)"

2. Diérèse, synérèse

a) On fait une "diérèse" lorsque l'on prononce de façon séparée les deux termes d'une diphtongue (en français, le plus souvent, une diphtongue est l'adjonction d'une semi-consonne et d'une voyelle).

Exemple :AFeK Si jô

A ffec  ti on
1 2 3 4 pieds

b) La "synérèse", c'est le fait de prononcer les deux termes de la diphtongue dansune seule syllabe.

Exemple : A FeK Sjô

A ffec tion

1 2 3 pieds

3. Les liaisons

Ne pas oublier que, jusqu'au milieu du XXe siècle, on prononçait les liaisons.
Exemple : "Petite amie" 4 Pieds
"Petites_amies" 5 Pieds

B. La rime

1. Définition

a) C'est un élément sonore du rythme qui ponctue la fin de chaque vers et provoque des échos entre deux ou plusieursvers.

b) Une rime intérieure ou "léonine", c'est le fait de reproduire le même son au milieu du vers et à la fin.

2. Disposition des rimes

a) Alternance obligatoire entre rimes féminines et masculines. La rime féminine se termine toujours par un "e" muet, une rime masculine par une syllabe accentuée.

b) Les différents groupes de rimes :
* Embrassées: ABBA
* Croisées: ABAB* Suivies ou plates : AABB

3. Les qualités de la rime

a) Les différents degrés de richesse des rimes :
* Rime pauvre : un seul son est repris dans deux vers.
* Rime suffisante : deux sons se correspondent dans la rime.
* Rime riche : elle fait coïncider au moins trois sons.

b) Rimes mauvaises et bonnes rimes :
Une rime est mauvaise quand elle est trop facile ; il est théoriquementinterdit de faire rimer deux verbes conjugués ("chantions", "dansions"), deux adverbes en "-ment".

Les rimes doivent être en accord avec l'orthographe : il est interdit de faire rimer singulier et pluriel,

C. La musicalité

L'analyse de la versification, des effets sonores, des effets rythmiques constituent l'étude de la musicalité. Cette étude est primordiale quand on lit des texteslittéraires et pas seulement de genre poétique. Un écrivain est avant tout un amoureux des mots, pour leur "physionomie" dirait Valéry.

1. Les effets sonores (concernent aussi la prose)

a) Les allitérations
C'est le fait de répéter la même consonne :

b) Les assonances
C'est le fait de répéter la même voyelle.

c) Les échos sonores
On reprend des syllabes entières : assonances +...
tracking img