La vie anterieur : baudelaire

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2299 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 11 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
La vie antérieur : Baudelaire

• Introduction
Rédigé en 1857 par Baudelaire Charles, La vie antérieure est un extrait du recueil « Les Fleurs du Mal ». Ce sonnet composé de quatorze vers dodécasyllabiques, se situe dans la partie « Spleen et Idéal ». Le poème lyrique est basé sur une opposition entre l'idéal baudelairien et l'omniprésence du spleen, ce qui explique par ailleurs le titre de lasection dont il est issu. L'écrivain a probablement puisé son inspiration d'un long voyage forcé à destination des Indes. Ce sont vraisemblablement ces paysages exotiques d'une rare beauté qui lui ont permis de communiquer son mal de vivre sans pour autant négliger le coté esthétique. Ainsi le lecteur est amené à se demander si la dimension onirique et réelle de l'idéal développé est la bonnesolution afin d'échapper au spleen quotidien. C'est à cette fin que nous analyserons en premier lieu les éléments exotiques dans un contexte de projection, pour ensuite étudier le reflet de l'harmonie régnante à travers le style et le contenu, pour aboutir à un examen du spleen.

• Projection onirique basée sur le souvenir dans un milieu exotique
Dans ce poème Baudelaire utilise de nombreusesallusions exotiques. C'est ainsi que les « soleils marins » (vers 2) renvoient automatiquement à une région chaude issue du sud car cet emploi reflète deux idées bien distinctes, celle de la chaleur et du large. Il en est de même pour les « couleurs du couchant » (vers 8) qui renvoie au scintillement de « mille feux » (vers 2). On sait bien que les régions tropicales bénéficient souvent d'un climatclément où le soleil brillant de partout effleure délicatement la peau de l'être humain. La vie y est douce, tel est le message que Baudelaire nous transmet indirectement. Outre le champ sémantique de la chaleur et de l'eau, nous retrouvons une dominance de couleurs plaisantes comme « l'azur » (vers 10), symbolisant la fraîcheur et la pureté, ou bien encore la couleur rougeâtre du couché de soleil,reflétant la chaleur accueillante, la force vitale, la joie de vivre et l'optimisme. La nature déploie ici ce qu'elle a de plus magnifique et afin de peindre parfaitement ce décor lointain et étranger, le poète insère des éléments typiquement tropicaux comme la « palme » (vers 12) soulignant leur aspect protecteur et les esclaves nus (vers 11), symbole par excellence de l'exotisme et del'antiquité.

Si on se focalise sur ces derniers, l'adjectif « nu » attire toute notre attention. Le fait d'être dévêtu est un acte très courageux voire audacieux étant donné que l'être humain s'expose ainsi au regard des autres individus. Le poète a bien choisi cet adjectif afin de souligner le caractère pure et innocent de la scène. Un lieu où l'homme n'a pas besoin de se cacher derrière une façadeimplique une tolérance et l'acceptation de toute personne. La vie antérieure est probablement basée sur le souvenir personnel de l'auteur qui grâce à sa touche onirique purifie la réalité. On note par ailleurs la position particulière en rejet externe du groupe « des esclaves nus » qui a pour conséquence une mise en valeur du substantif. En outre la césure, étant placée juste après l'adjectif « nu »(vers 11), le lecteur, qui est incité à la réflexion personnelle, se concentre indubitablement sur le premier hémistiche sans pour autant dégrader la seconde partie du vers. En effet, l'odorat ne fait qu'accentuer la pureté des esclaves vu que ces derniers sont « tout imprégnés d'odeurs ». Il faut savoir que l'odeur est une émanation corporelle transmise par l'air qui est perçue par l'appareilolfactif et qui peut donc servir de stimulus. C'est un processus tout à fait naturel qui montre l'innocence de cet univers. Nul n'a besoin de parfum pour cacher son odeur corporelle personnelle.

Cet univers lointain est propice à l'exaltation de l'auteur qui se sent entièrement à son aise. Il s'intègre au décor et jouit des douces couleur rougeâtres du soleil « reflétés par [ses] yeux » (vers...
tracking img