La vie au goulag

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1156 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
LA VIE AU GOULAG

Le Goulag (acronyme venant du russe, Glávnoie Oupravlénïe Lageréi, « Direction principale des camps de travail ») était l’organisme gérant les camps de travail forcé en Union soviétique.
Considérés comme caractéristiques de l’exercice violent du pouvoir par le régime soviétique, les camps de travail du Goulag ont reçu quantité d'innocents, de vrais criminels et une minoritéd’opposants politiques (ou considérés comme tels) jusqu’en 1953.
Au total, peut être plus de 18 millions de personnes passèrent par les Goulag et plusieurs autres millions furent exilées ou déportées dans d'autres régions de l'Union soviétique.

I) Le travail au quotidien

Diversité du travail

La condition d'un prisonnier du goulag dépend de la région où il se trouve enfermé, du contextenational, de son crime, mais aussi de son travail : les hommes utilisés pour construire le canal de la mer Blanche n’ont pas les mêmes chances de survie que les ingénieurs ou les techniciens employés dans l’aéronautique ou l’armement. Certains scientifiques emprisonnés vivaient dans un certain confort au sein des charachkas (le nom informel de laboratoires secrets soviétiques, appartenant ausystème du goulag). Certains détenus travaillaient pour le camp : ils effectuaient diverses tâches (organisation du travail et des chantiers, préparation des repas, nettoyage, soin, etc.) au service du goulag et les autres zeks (Abréviation de « zaklioutchon », le terme zek désigne les prisonniers du Goulag) les appelaient les « planqués ». Leur travail était en effet considéré comme moins pénible et onestimait qu’ils étaient au service du système concentrationnaire. Ils étaient choisis et destitués par l’administration et travaillaient dans l’enceinte du camp. Pendant les périodes de guerre (1918-1921 et 1939-1945), les détenus soviétiques doivent participer à l’effort de défense nationale en creusant des tranchées et en fabriquant des armes.

Durée du travail

La durée et les horaires detravail varient en fonction des périodes, de la saison et du commandement des camps. Pour répondre aux besoins économiques engendrés par la Seconde Guerre mondiale, le temps de travail est allongé, pour les zeks comme pour les travailleurs libres. Dans le Grand Nord sibérien, les journées de travail sont réduites en hiver, à cause du froid et de la nuit. La direction centrale du Goulag tente delimiter le temps de travail. Mais ces directives ne sont pas souvent respectées et les prisonniers doivent terminer leur tâche avant de pouvoir se reposer : dans les années 1930, les zeks travaillent douze heures par jour. Au Viatlag, la durée quotidienne du travail pendant la guerre est de 16 heures de travail. Certains zeks se mutilent, feignent d’être malade ou fou pour passer quelque temps derepos à l’infirmerie. Enfin, le mécontentement des détenus pouvait tourner à la grève de la faim ou à l’émeute.

Sécurité

Le travail forcé dans les usines, les pêcheries, les mines, les chantiers ou dans la taïga est pénible, surtout en hiver. Les conditions de sécurité ne sont pas toujours assurées si bien que des milliers de prisonniers trouvent la mort dans des accidents. En 1939, lespremiers zeks qui extraient l’uranium des mines de la Kolyma n’ont pas de combinaison de protection. Le manque de nourriture et de soins rendent les journées difficiles. Certains prisonniers se mutilent, d’autres se suicident pour échapper à leur sort.

Encadrement du travail et propagande

Les chefs de brigades ou « directeurs de travaux » étaient choisis parmi les zeks pour diriger les équipeset veiller à atteindre les objectifs de production. Les performances au travail étaient affichés et les meilleurs ouvriers récompensés. Les affiches et les slogans répétés à longueur de journée incitaient à travailler toujours plus. La section culturelle et éducative (KVTCH) assurait cette propagande dans le camp.

II) Condition de vie

Les conditions de vie variaient en fonction des...
tracking img