La vie notre meilleur amie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1238 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 22 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Le texte ci-dessous est extrait d'un excellent livre, de Chantal Rialland, dont je recommande la lecture : 

« La Vie notre meilleure amie, le guide du bonheur quotidien » 

Être à l’écoute de nous-même

Évidemment, il ne s'agit pas de se regarder le nombril ni, tel Narcisse, de contempler inlassablement son reflet. Ce n'est pas de l'égoïsme que d'être à l'écoute de soi. Cela nous permet demieux nous connaître et, ce faisant, de mieux comprendre les autres. Plus nous nous familiarisons avec notre humanité, plus nous sommes en adéquation avec les autres êtres humains.

Les mots pour le dire

L'attention à nous-mêmes, à nos sensations, à nos émotions, à nos sentiments est, la plupart du temps, mise sous le boisseau par notre éducation qui privilégie la canalisation de nosénergies. Il est nécessaire, bien sûr, d'être un enfant bien élevé, à qui on ne laisse pas tout faire. Mais, parallèlement, nous mettons souvent en sommeil ce qui constitue la richesse de notre personnalité.

À force d'agir, de faire des efforts, de nous fixer des objectifs, d'obéir aux lois du surmoi familial et social, de nous contenir, de nous contrôler, nous perdons le contact avec notre moi intimeet profond.

De même, la plupart des parents ne donnent aucune éducation affective, n'en ayant eux-mêmes pas reçu. Nous faisons énormément de choses pour nos enfants : nous veillons à leur alimentation, à leur santé, à leur scolarité, à leurs loisirs, à leurs fréquentations. Mais, comme cela va de soi, nous oublions de leur dire, tout simplement, que nous les aimons.

Tout occupés à être desadultes qui assurent, nous omettons de leur parler de nos émotions, de nos affects. Nous ne leur demandons pas comment ils vont, persuadés qu'ils ne peuvent qu'aller bien, avec tout ce que nous faisons pour eux. Ainsi, nos enfants prennent l'habitude d'assumer, seuls, et en silence, leur monde intérieur. Nous n'enseignons rien sur l'infinie palette des sentiments humains : le plaisir, lasatisfaction, l'amour, la joie, la tristesse, la morosité, la colère, la rage, l'envie, la jalousie, la haine. À ces âges de l'enfance et de l'adolescence, où les amitiés sont si importantes, nous n'apprenons rien sur l'alchimie de la relation à autrui. De même, l'école, et parfois les parents dispensent des cours sur la sexualité, mais rien n'est dit sur le rapport amoureux, sur la fusion, sur l'évolutionvers un échange moins passionnel mais plus véritable.

Certains d'entre nous sont des marathoniens de l'efficacité et de la performance. Comme ces athlètes, nous produisons des endorphines qui permettent de prolonger notre course, dopent notre dynamisme et masquent notre souffrance. A force de courir, nous ne savons plus pourquoi nous courons, vers quoi nous courons, qui court... nous-mêmes.Nous ne nous posons plus ces questions essentielles : « Qu'est-ce que je ressens ? », « De quoi ai-je vraiment envie ? », « Qu'est-ce que j'aime véritablement? », « De quoi ai-je impérativement besoin? », «Quelles sont mes priorités? », « Qu'est-ce qui ne me convient plus ? ».

Nous n'avons plus les mots pour le dire, pour nous dire. Nous ne sommes plus à l'écoute de nos sensations, de nosémotions, de nos sentiments, de nos désirs, de nos rêves, de notre intuition. Coupés de nous-mêmes, nous n'écoutons pas les autres non plus. Nous vivons des dialogues de sourds, où personne ne se dit ni ne s'écoute.

La belle au bois dormant

Stop ! Si nous ne voulons pas passer à côté de notre vie, de notre bonheur, de notre évolution, de notre réalisation, de nos amours, de nos amitiés, de nosenfants, de nos collègues... il est urgent d'aller voir en nous cette « Belle au bois dormant », la conscience de la Vie en nous, et de la réveiller doucement, tout doucement. Inutile, tel un hussard, de la brusquer. Cela ne ferait que renforcer son sommeil. Inutile, également, d'aller à sa rencontre par obligation, devoir ou contrainte. Ne surchargeons pas la liste des « il faut » et des « je dois...
tracking img