La vie privee des hommes au moyen age

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 19 (4667 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 22 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
L’université [..]
La Facultaté de Lettres

La vie privée des hommes au Moyen Âge

Le Moyen Âge, la période intermédiaire entre le monde antique et le monde moderne, est longtemps resté l’objet des préjugés. La vision de la Renaissance sur cette époque ? ¨ Obscurantisme et ignorance ¨. Celle de XVIIe siècle: « grossièreté », et celle de XVIIIe siècle : ¨ période de ténèbres ¨. C’està peine au début du XIXe siècle que les intellectuels rétablissent le prestige du Moyen Âge. Entrons alors – pour connaître nous-mêmes ses traits – dans ce temps de chevaliers, des alchimistes et des cathédrales gotiques.

I. Au pied des clochers

Vivre, pour les paysans de l’époque du Moyen Âge, c’est d’abord subsister, lutter contre la faim, le froid, la maladie, se défendrecontre les exactions des seigneurs, les attaques des brigands, les « compagnies » des routiers ou de loups féroces venus de la grande plaine de l’Est.

Mais la possession du sol donne du courage aux villageois. Même s’ils ne sont pas de propriétaires, ils demeurent fixés à la terre, qui est leur sauvegarde. Ils la défendent donc avec acharnement, et partagent les ressources et les épreuves.La communauté villageoise, qui désigne un chef, prend, dans les cas graves, des décisions collectives, admises et appliquées par tous. Soudés autour de leur curé, bien plus qu’autour de leur seigneur, les villageois organisent les veilles, les gardes, les battues aux loups, protègent les rebouteux et même les sorcières.

Jambes et pieds nus à l’été, portant des sabots de bois l’hiver, lespaysans fabriquent eux-mêmes leurs vêtements en toile grossière. Pendant la mauvaise saison, ils portent un maigre manteau de laine. Sur la tête, des bonnets et de cagoules en toile de sac. Et pourtant les femmes s’arrangent pour avoir, les jours de fête, des coiffes coquettes et de la fantaisie dans les robes. Elles prennent le temps, l’hiver, de fabriquer pour les enfants des vêtements robustesqui les protègent contre le froid.

La famille construit elle-même sa maison : on fait sécher l’argile, on mélange le torchis à des lattes de bois pour faire les murs. Le papier graisse, huile, sert de vitre. Le toit est en chaume. Dans les régions où la pierre abonde, les murs sont en pierres assemblées, mastiquées de terre séchée. Un trou en haut du toit tient souvent lieu de cheminée.Il n’y a pas d’éclairage, en dehors des flammes de l’âtre. On se couche avec le jour.

Pourtant, la vie n’est pas triste au village, car si on partage les peines, on partage aussi les joies. Les récoltes, les fêtes des saints, les mariages et les naissances sont salues de folles réjouissances. On met les tonneaux en perce, les femmes cuisent les gâteaux au miel et les musiciens font danserla jeunesse au son de la cornemuse : vive la mariée !

Petits faits :

• La vie des enfants tourne autour du cheval du bois, qui ressemble à un balai et de la poupée en paille. Les osselets viennent de chez le boucher et le cerceau est un jonc mal ficelé. Mais cela n’empêche pas les petits hommes du village de jouer. Ils connaissent même la toupie à fouet et les échasses.• La chasse est quelque chose d’incitant pour les paysans. Mais elle est interdite au vilain. C’est un sport de seigneur. Le paysan ne se prive pourtant pas de tendre des collets aux lapins, ni de lancer dans les terriers les terribles furets: le lapin, pour s’enfuir, tombe dans les filets tendus aux autres issues du terrier.

• Le ferrage des chevaux représente un progrèsdécisif : il permet d’utiliser les animaux plus longtemps et d’obtenir d’eux un effort plus grand. Le forgeron cercle aussi les roues, les tonneaux, fabrique les outils, à l’occasion les armes. Il façonne et répare les pièces des charrues.

•  Les loups sont la terreur des villages. Ils sortent affames des grandes forets seigneuriales. Les paysans les rabattent vers des filets et les tuent...
tracking img