La vieillesse

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1828 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 janvier 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
LA VIELLESSE

Autour de moi, en moi, tout moisit, tout pourrit, tout se corrompt, tout s'écroule, tout fout le camp. Les commandes de cette machine admirablement huilée que j'étais répondent de moins en moins à mes sollicitations, certaines d'entre elles n'obéissent déjà plus du tout. Le monument de chair, d'os et d'esprit qui me compose, se décompose. Mon cerveau qui fonctionnait si bien,perd, à chaque seconde qui passe, des milliers de neurones. Je suis en train de retourner au pot commun.

Ma mémoire fout le camp, mes jambes me portent mal, mon caractère s'aigrit, j'écoute davantage mes petits bobos que le chant des oiseaux. Ma vue déconne. Mes veines et mes artères charrient un sang alourdi de graisses et pollué d'alcool, qui ralentit peu à peu toutes mes fonctions vitales.Hypertension, diabète, cholestérol = derniers bobos avant l'éternel dodo !

Et pourtant je suis là, à la fois enthousiaste, vulnérable et heureux. Heureux de parcourir la dernière ligne droite avant les tortueux méandres de l'agonie programmée, marri de n'avoir pas accompli tout ce dont ma jeunesse rêvait.

Chaque soir de par le monde, 200 000 personnes meurent et les milliards d'électronsqui les composent retournent très vite ou tout doucement au pot commun.

Chaque matin il en naît davantage, jaillis des ventres ensemencés par la poussière des défunts. Et ces moisissures, à l'échelle de l'univers, prolifèrent, croissent et vivent de la substance même des disparus.

Chaque jour, plus de 200 000 fois sur notre petite terre, grain de poussière voguant dans l'espace silencieuxet inachevé, le miracle se reproduit magique et terrifiant, de ces minuscules graines semées dans des ventres, qui viennent éclore à l'air libre, petits monstres fragiles qui deviendront victimes, esclaves, petits gavés, voyous, saints ou prédateurs.

Ce processus fantastique et merveilleux, je l'observe chaque jour avec une gourmandise et une jubilation croissantes. Car, tout en se décomposantirrémédiablement en particules inactives, l'être que je suis encore, juste avant de disparaître, rassemble en lui-même l'expérience acquise, la richesse des souvenirs et toute la mémoire du monde.

Si la vieillesse est un naufrage, elle est aussi pour le sage, une merveilleuse apothéose.

Sous les craquelures de ma peau, sous les décombres de mon corps en lente décomposition, ravagé par lesmaladies et les tumeurs, où les parasites s'en donnent à cœur-joie, les microbes et les virus s'activent, circule encore, pour quelques heures ou quelques mois, la sève vive, le sang riche de l'apport des ans, chargé de toutes les nourritures assimilées.

Mon cerveau, jadis magnifique et orgueilleux seigneur de moi-même, luttera jusqu'à la dernière seconde pour me restituer à travers unemémoire qui s'estompe, les horreurs et les merveilles que j'ai vécues, les sensations monstrueuses et inouïes que j'ai éprouvées, les souvenirs banals ou extraordinaires des instants sombres ou lumineux qui furent ma fortune et ma raison d'être.

Certes, la vieillesse peut-être considérée comme un naufrage pour notre corps périssable, mais jamais pour notre esprit qui, à l'instant même de sedéconnecter, de s'éteindre, de se dissoudre à jamais dans l'immensité du temps et de l'espace, projette en nous et autour de nous, les dernières fulgurances, les dernières harmonies, les derniers enchantements d'une symphonie qui s'achève.

La vieillesse, amis vieillards, mes frères du noble et dernier âge, la vieillesse est un immense et somptueux privilège, un trésor inestimable, une période grave etriche que la nature nous confie et dont le destin nous gratifie.

Certes cet âge nous prive de quelques forces physiques mais concentre mieux nos forces spirituelles. Nous n'avons plus à nous battre pour faire fortune : nous pouvons jouir sans remords de notre pauvreté pleine de dignité ou de l'indécente fortune matérielle que nous avons accumulée. Vieillards, nous sommes porteurs de toute...
tracking img