La ville sensible

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 23 (5558 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 5 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
LA VILLE SENSIBLE

Le séminaire a eu lieu le jeudi 20 janvier 2011 de 14h à 17h à l'Université François-Rabelais de Tours. Il s'est déroulé dans une salle de cours pouvant accueillir une cinquantaine de personnes, celle-ci a été très rapidement complète, certains étudiants présents n'ayant que des chaises pour s'asseoir sans le moindre support pour les prises de notes. Signalons enfin qu'unedizaine de professeurs de l'université étaient dans la salle pour le lancement des débats.
Emmanuelle RETAILLAUD-BAJAC va animer l'ensemble de ce séminaire, assurant la présentation des intervenants et la gestion du temps de parole de chacun. Ce séminaire servait également de réunion préparatoire au colloque du 19 et 20 Mai 2011 que le CeRMHAVA (Le Centre de Recherche sur les Mondes Anciens,l'Histoire des Villes et l’Alimentation) va tenir sur le thème des ''Sens dans la Ville''.
La coordinatrice du séminaire précise que pour des raisons d'ordre technique, et notamment des horaires de trains pour différents participants, il faudra écourter le séminaire pour qu'il prenne fin vers 16h30, elle présente donc la première intervenante madame Arlette FARGE. Celle-ci est chercheuse au CNRS entant que spécialiste de l'histoire du peuple au XVIIIème siècle notamment à travers les archives judiciaires. Elle a écrit de nombreux ouvrages sur l'opinion public, la foule ou encore sur le fait de ''vivre dans la rue à Paris''. Elle est surtout l'auteur d'un essai sur l'histoire des voix au XVIIIème siècle, ce qui en fait une pionnière dans ce domaine où l'absence de traces directes et audiblesest souvent rédhibitoire.

Première intervention : C’est madame FARGE qui prend la parole et précise de suite s'exprimer dans le but de faire découvrir ses « approches sonores et vocales de Paris au XVIIIème siècle » qui s'avèrent être une présentation des recherches effectuées pour son essai sur l'histoire des voix au XVIIIème. L'intervenante prend le parti de nous expliquer pourquoi elle aentrepris de telles recherches sur un thème d’apparence impossible à étudier puisqu'il n'existe plus aucune source directe d'enregistrement des sons et voix, pour la simple raison que les moyens technologiques de l'époque ne le permettaient pas. Celle-ci nous explique que ses recherches relevaient de l'utopie car les uniques traces relevant de l’oralité sont finalement des traces écrites, or c’estun paradoxe terrible pour l’historien, l’écrit échappe par nature à l’oralité et n’en est finalement qu’une manifestation plus ou moins fidèle et convenue.
Mme FARGE cite ensuite l’historien Michel FOUCAULT : « Dans l’écriture, celui qui écrit ne cesse de disparaitre ». Elle souhaite donner du sens et de la vie à l’évènement que représente le langage oral. Selon elle, même éphémère, le geste, lavoix et la parole ; ils ont tous du sens pour l’Histoire. Le pacte de véracité qu’elle respecte en tant qu’historienne l’oblige donc très souvent à prendre des pincettes dans ses affirmations puisqu’elle n’a à disposition que des retranscriptions indirectes. Cette écriture de l’histoire des voix, elle l’a faite dans le cadre d’une relation triangulaire traditionnelle pour l’historien entre lePassé, l’Historien et le Présent. L’Histoire, c’est le silence par excellence…mais un évènement a toujours un sens, un impact car il provoque des réactions chez les individus.
La voix est un son, un objet invisible et éphémère et sans autre matérialité que le déplacement de l’air provoqué par nos organes corporelles. Les recherches de Mme FARGE étaient décriées par ses collègues qui estimaientqu’elle ne pourrait par produire une étude cohérente et crédible de par l’absence des sources. Elle a donc décidé de partir des sources qu’elles avaient le plus l’habitude de manipuler en se concentrant sur les archives de la police française et celle de la ville de Paris. Ces comptes-rendus des interrogatoires sont extrêmement détaillés et contiennent des descriptions des vêtements, des visages,...
tracking img