La voix - desnos

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1151 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 6 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
*LA VOIX *~
L'auteur du texte La Voix que nous allons étudier, Ro1bert Desnos a été arrêté en tant que résistant pendant la Guerre 1939-45, il paya du prix de sa vie son engagement dans les forces de résistances. Le texte La Voix nous propose d'ailleurs un appel vibrant à cette résistance, en jouant sur le caractère intimiste et personnel du message lancé à cette époque là aux français.
I -UNE VOIX ENIGMATIQUE, AU POUVOIR MYSTERIEUX
A. Une présentation en forme d'énigme
Avec son article "La", le titre nous laisse supposer que la voix dont il est question ici est bien connue de tous, comme une évidence. Cependant, à y regarder de plus près, le poète entretient habilement le mystère sur l'identité de cette voix :
Effet de retardement provoqué par l'anaphore dans lapremière strophe : le verbe principal n'intervient qu'au vers 4 = effet d'attente pour le lecteur.
Article indéfini entretenant le mystère : "une"
Les trois premières strophes se présentent comme un dévoilement progressif sous forme d'énigme : - Strophe 1 : comparaison avec un tambour.
- Strophe 2 : assimilation de la voix à un phénomène surnaturel d'outre-tombe. (vers 5)
-Strophe 3 : définition réductrice qui semble revenir à quelque chose de plus commun = tournure restrictive "Ce n'est qu'une voix humaine", sans pour autant être plus précise : l'article reste indéfini.
-> Le poète s'arrange ici pour garder à la voix son caractère énigmatique et mystérieux, et ceci d'autant plus qu'il met l'accent sur la singularité et la solitude de cette voix.B. Singularité et solitude
De manière assez systématique, l'auteur s'emploie à définir toujours cette voix en opposition avec ce qui l'entoure :
Dans la première strophe, le premier mot "une voix" est de façon très symbolique éloigné du dernier "nous" : la voix et son destinataire sont ici séparés, comme l'indique d'ailleurs le terme "loin" à la rime, vers 1 : l'existence de lavoix est inséparable de son éloignement.
De plus, cette voix est présentée comme un murmure "elle ne fait plus tinter les oreilles" vers 2, elle est "voilée" vers 3.
Figures de l'opposition :
- "pourtant" vers 4 met en valeur le fait que, malgré l'éloignement, la voix est claire.
- "Bien que" vers 5 met en valeur la contradiction entre la mort d'où semble sortircette voix (« le tombeau »), et le message de vie qu'elle véhicule : « Elle emplit le corps de joie » (vers 7)
- Les sonorités soulignent également ces oppositions, avec d'un côté, des assonances très douces, en [oi] et [in], dans les vers 1 et 2, et d'un autre, la dureté des dentales aux vers 3 et 4.
Au total, la voix nous est présentée comme singulière, solitaire, ce qui renforceencore plus son caractère mystérieux. Celui est d'ailleurs renforcé par la force interne que semble posséder la voix :
C. Une force cachée
Nous avons vu précédemment que la voix semble très délicate ("comme un tambour, voilée"). Au reste, l'allitération douce en 'v' des vers 3 et 4 semble montrer ce caractère très intime : "Une voix comme un tambour, voilée / Parvient".
Cependant,ceci n'est pas forcément synonyme de faiblesse :
- La voix apparaît agissante : sur les 10 fois où sort le pronom personnel de la 3è personne, 7 fois ce pronom est sujet ("elle", "l'").
- Rythme des actions vers 6, 7 et 8 : renforce l'idée de totalité et de force tranquille (= anaphore).
- L'enjambement des vers 9 et 10 met en valeur la longueur de la traverséeeffectuée par cette voix : "[…] une voix humaine / Qui traverse" = cela lui donne un caractère un peu héroïque, d'autant plus qu'elle affronte les "fracas" et "l'écroulement" (allitération en 'r' des vers 10 et 11)
- A chaque fois, la voix est évoquée au singulier, ce qui lui donne une force sacrée que n'ont pas les "bavardages" à la rime vers 11 : la voix tire sa force de sa...
tracking img