Label vie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 20 (4957 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
L’Agroalimentaire au Maroc : le secteur très sensible...

Constat global et propositions pour son développement
L’industrie alimentaire nationale reste dans son ensemble, un système productif fragile et structurellement faible. Si au niveau de plusieurs branches, quelques entreprises - généralement les entreprises de création ancienne ou relevant du grand capital- réalisent de bons résultats,les performances du secteur demeurent globalement modestes.
Les faibles taux d’investissement et le retard technologique, le sous-développement du capital humain et la prédominance du travail précaire, la faiblesse de l’innovation et de la qualité ainsi que les carences de l’organisation et de la gestion des entreprises, caractérisent l’évolution de cette industrie.

Les faibles taux decroissance de la productivité et des taux de valeur ajoutée sur une longue période traduisent une croissance de type extensif et témoignent des difficultés auxquelles sont confrontées les industries alimentaires (IA) pour réaliser une mutation devant induire des changements importants au niveau de la fonction de production et un approfondissement de l’industrialisation du secteur avec leurs effets surl’industrialisation de l’agriculture.

Si le tissu productif est constitué fondamentalement de PME, le secteur connaît un développement rapide du phénomène de concentration qui prend deux formes : l’élargissement du poids des grandes entreprises dans la production globale de l’industrie en question d’une part et la formation et l’extension des « groupes alimentaires », d’autre part.

Plusieursmarchés de produits des IA sont oligopolistiques ou quasi-monopolistiques. Dans la plupart des cas, les oligopoles sont asymétriques où l’entreprise leader contrôle le marché dans une large mesure. Dans ces conditions, l’espace du jeu concurrentiel est très limité.

Pour son fonctionnement, cette industrie repose fondamentalement sur l’importation de ses biens d’équipement mais aussi, dans le casde plusieurs branches, de biens intermédiaires divers et des matières premières, ce qui est à l’origine de l’accentuation de la dépendance vis à vis de l’extérieur, de l’exportation d’importantes possibilités de création d’emplois au niveau de l’économie nationale et d’un coût en devises de plus en plus lourd.

Parallèlement à ce phénomène, une grande partie des produits exportés sont des biensde faible valeur ajoutée. L’industrie alimentaire nationale remplit, dans le cadre de son insertion dans l’économie mondiale (division internationale de travail) une fonction bien précise : celle de produire des biens n’ayant subi qu’une simple transformation et mis à la disposition de firmes et capitaux internationaux qui en tirent le maximum de valeur ajoutée et de profit, des biens pour lesquelsla concurrence joue essentiellement par les prix.

L’évolution indique donc que les IA marocaines sont de plus en plus embarquées dans une tendance à l’enclavement et non dans un processus de domestication ascendante de la valeur ajoutée.

Depuis plusieurs années, les IA nationales se sont inscrites dans une tendance à la perte de compétitivité non seulement sur les marchés extérieurs maisaussi au niveau du marché domestique.

Certes, les pratiques protectionnistes de l’Union Européenne qui constitue le principal débouché de nos produits ont contribué à cette situation, mais nous devons relever que la faiblesse de la qualité de nos produits, le niveau relativement élevé de nos coûts de production ainsi que l’incapacité de nos industriels à innover en matière de diversification desproduits et des marchés ont été déterminants en matière de recul de la compétitivité externe des entreprises nationales.

Mais il reste à souligner que le caractère très contraignant de l’environnement dans lequel évoluent les IA nationales explique à son tour, et dans une large proportion, leur faible performance : difficultés d’approvisionnement des usines en matière premières agricoles,...
tracking img