Laborit

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1662 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 12 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Laborit.
Henri Laborit
Henri Laborit
portrait par E. Mandelmann (1991)
Naissance 21 novembre 1914
Hanoï (Indochine Flag of Colonial Vietnam.svg)
Décès 18 mai 1995
Paris (Drapeau : France France)
Domicile Paris
Nationalité française
Champs neurobiologie, éthologie
Institution Hôpital militaire du Val-de-Grâce, HôpitalBoucicaut
Diplômé École principale du service de santé de la Marine,
Célèbre pour agressologie, chlorpromazine, Mon oncle d'Amérique
Distinctions Prix Albert Lasker pour la recherche médicale (1957)
modifier Consultez la documentation du modèle

Henri Laborit est né le 21 novembre 1914 à Hanoï, alors en Indochine, et mort le 18 mai 1995 à Paris. Médecin chirurgien et neurobiologiste, ilintroduisit l'utilisation des neuroleptiques en 1951. Il était également éthologue (spécialiste du comportement animal), eutonologue (spécialiste du comportement humain) et philosophe.

Il s'est fait connaître du grand public par la vulgarisation des neurosciences, notamment en participant au film Mon oncle d'Amérique d'Alain Resnais. D'après lui, « Tant qu'on n'aura pas diffusé très largement àtravers les hommes de cette planète la façon dont fonctionne leur cerveau, la façon dont ils l'utilisent et tant que l'on n'aura pas dit que jusqu'ici cela a toujours été pour dominer l'autre, il y a peu de chance qu'il y ait quoi que ce soit qui change. »1
Sommaire
[masquer]

1 Biographie
2 Travaux scientifiques
3 Activités socio-politiques
4 Distinctions
5 Œuvres6 Voir aussi
6.1 Notes et références
6.2 Biographies
6.3 Articles connexes
6.4 Liens externes

Biographie[modifier]

Henri Laborit naît d'un père officier médecin des troupes coloniales en Indochine. Il décède alors que son fils n'a que cinq ans.

À douze ans, Henri Laborit contracte la tuberculose. Malgré les séquelles de sa maladie, il fait ses humanitéset obtient son baccalauréat à Paris, au lycée Carnot.

Après avoir obtenu son certificat de sciences physiques, chimiques et naturelles de la Faculté des sciences, il passe à vingt ans le concours d'entrée à l'École principale du service de santé de la Marine, à Bordeaux. Avec son diplôme de médecin, il exerce d'abord dans la Marine, puis se tourne vers la chirurgie à l'hôpital militaire duVal-de-Grâce. C'est là, en collaboration avec les psychiatres de l'hôpital Sainte-Anne qu'il étudie les phénothiazines. Par la suite, il poursuit ses recherches dans un laboratoire auto-financé de l'hôpital Boucicaut, tout en restant personnellement rémunéré par le Service de santé des armées2.

Il est le père de l'actrice Maria Laborit, du psychiatre Jacques Laborit et le grand-père de l'actriceEmmanuelle Laborit, fille de ce dernier.
Travaux scientifiques[modifier]

En tant que chirurgien, Henri Laborit s'intéresse à la qualité de l'anesthésie et plus particulièrement à la neuroleptanalgésie, ce qui le conduit à deux premières grandes découvertes :

de 1950 à 1952, il met au point la technique de l'hibernation artificielle, qui va révolutionner la chirurgie.
en 1951, ilintroduit la 4560 RP chlorpromazine, le premier neuroleptique au monde. Cette molécule, commercialisée sous le nom de Largactil, est utilisé dans le traitement de la schizophrénie.

Il s'oriente par la suite vers l'étude des mécanismes liés au stress. En 1958, il crée le laboratoire d’eutonologie 3. Il y travaille avec son équipe à l’hôpital Boucicaut et en est le directeur jusqu'à sa mort.

Enmême temps, il dirige la revue Agressologie4 jusqu'en 1983.

Il donne sa vraie importance à la névroglie ou ensemble de cellules gliales, et aux radicaux libres, bien avant leur irruption dans la presse radio-télévisée et même dans la presse scientifique. Il est également le premier à synthétiser le GHB au début des années 1960.

En 1968, il publie son premier ouvrage de vulgarisation,...
tracking img