Laclooos

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1595 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 31 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Choderlos de Laclos exprimait un grand intérêt pour les questions de l’égalité de deux sexes, du statut de la femme dans la société à l’époque et de l’éducation féminine qui sont évoquées, tout d’abord, dans son roman Les liaisons dangereuses (1782). L’impossibilité de l’éducation des filles mises dans les couvents et devenues étrangères à leurs mères qui ignorent leur éducation et la seulepossibilité de l’apprentissage à travers l’autodidactisme sont présentées par les personnages du roman comme Madame de Merteuil, Cécile de Volanges et sa mère. Le roman qui, selon l’auteur, a été mal compris avait un succès immédiat mais scandaleux. En 1783, Choderlos de Laclos répond à la question posée par l’Académie de Châlons-sur-Marne « Quels seraient les meilleurs moyens de perfectionnerl’éducation des femmes » en prenant la position révolutionnaire et radicale, rousseauiste mais en s’écartant de Rousseau en ce qui concerne le statut de la femme dans la société. C’est la réponse politique et non pédagogique. Dans la préface De l’éducation des femmes Chantal Thomas cite Rémy de Gourmond qui dit que cette oeuvre est la moralité des Liaisons dangereuses, « leur conclusion dynamique et positive». Choderlos de Laclos conclut que « Il n’est aucun moyen de perfectionner l’éducation des femmes » car elles sont des esclaves des hommes que l’on peut comparer aux Noirs des colonies et les esclaves ne peuvent pas s’éduquer. Selon lui, la femme devrait se révolter contre un état actuel et se regarder différemment, non comme une femme sociale qui est dépendante des autres mais comme une femmenaturelle qui est libre et heureuse, « les femmes sont égarées et il faut indiquer le chemin … pour se retrouver ». L’éducation (morale et physique) est le développement des facultés de l’individu dirigées vers l’utilité sociale. Chaderlos de Laclos se pose la question de savoir si l’éducation qu’on donne aux femmes développe leurs facultés, si ces connaissances sont mises au service de l’intérêtde la société, si les lois et les moeurs ne s’opposent à cela et si la femme formée ne serait pas très malheureuse en se tenant à sa place et ne serait trop malheureuse si elle tentait d’en sortir. La société ne veut pas éduquer les femmes, les femmes formées deviennent dangereuses pour la société. La femme, étant une esclave ne peut pas s’éduquer pour l’utilité sociale mais, au contraire, elleest devenue l’ennemie de la société qui elle-même a dénaturé la femme naturelle et l’a rendue son esclave. Les femmes sont déjà habituées à leur statut. Chantal Thomas et Paul-Edouard Levayer nomment les idées de Choderlos de Laclos des utopies car la femme naturelle, décrite par de Laclos, ne peut pas exister dans la société réelle et cela n’est que son idéalisation. La femme naturelle est destinéeà se reproduire et se conserver. Telles sont les lois de la nature qui ont été transformées au cours de l’histoire par la société et les institutions. Choderlos de Laclos trace le portrait de la femme naturelle disant que c’est un être libre, puissant et heureux. Selon Rousseau, la femme est faible et elle doit apprendre à obéir mais elle est armée de la ruse. Les femmes sont destinées plus pourla coquetterie que pour l’instruction. Selon Chantal Thomas, en disant que les femmes sont asservies, Rousseau propose un programme éducatif qui redouble leur asservissement. Il propose de briser les pulsions physiques et d’éteindre l’intelligence des femmes. Leur désir de plaire fausse leur jugement. Sophie, la compagne conçue pour Emile, n’est ni brillante ni profonde. Pour lui cela n’est pasnaturel que la société ait fait de la femme son esclave mais elle accepte ce fait. Le seul apprentissage qu’elle peut se donner et le développement de la tromperie. Choderlos de Laclos ne voit la moindre possibilité d’améliorer la condition de la femme dans la société et, selon lui, l’éducation est destinée seulement pour les personnes libres. Il déclare l’égalité intelectuelle absolue entre...
tracking img