Lafarge

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 85 (21091 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 5 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
LE CIMENT AU MAROC :
la croissance du secteur repose sur des fondations solides

Secteur cimentier

Executive summary
S’attaquer au marché du ciment n’est pas chose facile. Les spécificités et technicités de la profession en font un secteur difficile à pénétrer, d’autant plus au Maroc, où :
• l’oligopole prédominant au niveau national, en a fait un marché verrouillé par 4 opérateurshistoriques

dont la renommée dépasse les frontières ;
• la nature hautement capitalistique du métier, fixe le ticket d’entrée à 1,5 milliards de dirhams pour une

installation d’un million de tonnes, soit 3 ans de chiffre d’affaires ;
• la limitation du rayon d’action, réduit le marché du ciment à un marché régional, le coût prohibitif du

transport ne permettant pas d’acheminer le produitau-delà d’un trajet de 300 km. Pourtant, malgré ces barrières à l’entrée, deux candidats se sont déclarés prêts à relever le défi, attirés sans nul doute par une marge bénéficiaire élevée et une consommation en très forte progression depuis quelques années. En effet, la timide hausse de 3 % en moyenne durant la période 1980-1999, a cédé la place à une croissance prononcée de 8 % sur la dernièredécennie, fruit de la conjonction d’une forte dynamique économique et d’une volonté ferme de l’état de doter le pays des moyens de ses ambitions. À ce titre, le secteur cimentier, a pu entamer d’innombrables investissements afin d’accompagner la demande nationale et répondre aux différents chantiers enclenchés par les pouvoirs publics, notamment :
• la lutte contre l’habitat insalubre, qui prévoitla construction d’au moins 100 000 logements par an, afin de

combler un déficit estimé à plus d’un million d’unités à fin 2008 ;
• la mise en place de plans d’aménagement du territoire, capable de doter le pays d’une capacité hôtelière

et d’espaces de loisirs, à même de promouvoir le Maroc en véritable destination touristique ;
• ou encore la multiplication de grands projetsd’infrastructures structurants, indispensable pour ancrer le

Royaume sur une voie de développement durable. Toutefois, face à la recrudescence de la concurrence, la donne devrait être différente, du moins à court terme, car de nouveaux opérateurs, fraîchement installés, auront la volonté naturelle d’étoffer leur portefeuille client, et s’attacheront à déployer un effort commercial important afin d’yparvenir. Cette stratégie, qui a un coût, ne devrait pas, selon nous, se prolonger dans le temps. En effet, aucun des protagonistes, contrairement aux opérateurs historiques, n’est adossé à un acteur de taille mondiale, dont l’apport en terme de savoir faire et d’économies d’échelles s’avère primordial dans un marché fortement concurrentiel. De plus, un événement majeur et inattendu, est venucontrecarrer la feuille de route tracée par le gouvernement, et remettre en cause la poursuite de l’embellie du secteur. Une crise économique et financière historique, a remodelé le paysage mondial, et a contraint bon nombre de pays et de secteurs à revoir leurs prévisions de croissance. Aussi, les principaux partenaires du Maroc, ont reporté, voire annulé certains de leurs investissements, ce qui setraduirait, selon le HCP, par une chute des IDE de -5,4 % en 2009, entraînant un ralentissement des mises en chantiers et de facto une baisse de la demande. Ainsi, l’étude approfondie de l’ensemble des potentialités du secteur menée dans cette note, nous poussent à revoir la croissance moyenne du secteur à 7,2 % pour les quatre prochaines années, contre 9,5 % un an auparavant. Dans ce contexte, unesurcapacité temporaire et globale du marché est à redouter. Dès lors, comment l’industrie nationale réagira-t-elle face à cette réorganisation du marché ? Les opérateurs cotés ont-ils les mêmes ambitions, et disposent-ils des moyens nécessaires afin de contrer les nouvelles cimenteries tout en maintenant leur niveau de marge historique ?

Mehdi Smires +212 522 43 68 01 • m.smires@attijari.ma...
tracking img