Lamartine, le lac

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1290 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 27 février 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Intro :

Le Lac de Lamartine, fait parti d'un recueil poétique intitulé Méditations poétiques, publié en 1820 et contenant vingt-quatres poèmes. La publication de ce recueil fut un grand évènement pour la littérature française, il était un des premiers manifeste du romantisme français. A travers ces vingt-quatres poèmes , Lamartine retranscrit ses états d'âme, ou ses impressions, ses avis. LeLac est un poème assez classique dans la forme, c'est un quatrain écrit en alexandrins, mais il est novateur dans le fond, il évoque la sensibilité de l'auteur. Le poème appartient donc au registre lyrique. Lamartine, dans ce quatrain, revient près du lac qui fut témoin de son idylle avec Julie Charles, la femme aimée, il essaye de transmettre au lecteur les émotions qui le traversent. Cependant ilsubit la fuite du temps, et se rend compte alors que la nature conserve une trace de son amour passé.

1.) L'expression des sentiments.

A la lecture du poème, Le Lac, de Lamartine, on remarque très rapidement son caractère lyrique.
En effet, on reconnait le lyrisme du poême grâce à l'expression des sentiments de l'auteur. L'abondance de pronoms personnels sujets de la première personne dusingulier comme du pluriel, " je viens seul " (v.7), " Je dis à cette nuit " (v.31), " Ne nous les rendra plus? " (v.44) certifie que la manifestation des sentiments est très intime mais très forte. Cependant Lamartine use aussi d'expressions telles que " Où tu la vis s'asseoir " (v.8), " tes flots harmonieux " (v.16), l'utilisation de pronoms à la deuxème personne du singulier fait qu'il se créeici un dialogue entre l'auteur et un "tu", qui n'est autre que le lac, ce dernier étant le témoin de l'amour du poète et de sa bien aimée. De plus, le champ lexical de l'affectivité est omniprésent dans le texte, on peut relever " chéris" (v.6), "adorés" (v.12), "charmé"( v.18) et même" chère" (v.19), ces adjectifs qualificatifs témoignent de la puissance qui se dégage de la tendresse del'écrivain. En outre, on peut remarquer le thème, très largement répandu, de l'amour avec des expressions comme " Où l'amour à long flots nous verse le bonheur " ( v.38). La personnification de l'amour et l'hyperbole basée sur le mot " verse" tendent à faire ressortir l'ardeur avec laquelle le poète exprime ces sentiments. Enfin, on constate la présence d'une ponctuation expressive à profusion tel que dansle vers : "Ô lac ! rochers muets ! grottes ! forêt obscure ! " (v.49). L'emploi de ces exclamations, auxquelles on ajoute la présence de questions rhétoriques, " Un soir t'en souvient-il ?" (v.13 ) révèle la volonté de l'auteur de créer un émotion chez le lecteur, grâce à laquelle il peut faire revivre Julie !
On décèle, dans cette poésie, de nombreux thèmes appartenant au registre lyrique.Effectivement, la nature est magnifiée, ne serait-ce que par le titre du poème qui évoque un lieu aimé qui fut le refuge du poète et de sa compagne; seule la nature peut garder une trace intacte du bonheur . Le lac, et la nature qui l'entoure sont le cadre d'un bonheur passé, " beau lac" (v.54), " riants coteaux" (v.54), " flots harmonieux" (v.16). Ces adjectifs mélioratifs extériorisent l'amour dupoète pour la flore. De plus, l'auteur apostrophe cette nature qui le cerne, " Ô lac !" (v.5 et v.49) En invoquant l'esprit de la nature, en lui vouant un culte, l'auteur espère qu'il témoignera du passé, des sentiments antérieurs. La nature est personnifiée, " t'en souvient-il ? " (v.13). Grâce à son dialogue avec la nature, le poète lui confère un rôle de confidente à part entière, elle est lagardienne de ses souvenirs et de ses sentiments passés. Le cadre est très propice au rêve, la nature est calme " nous voguions en silence " (v.13) Le nom commun "silence" implique la flegme du monde qui l'entoure. Enfin, l'auteur est seul et cela est exprimé explicitement grâce à l'adjectif qualificatif "seul" (v.7)

2.) Le temps qui passe trop vite

Certes Lamartine réussit à retranscrire...
tracking img