Lamartine

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1659 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 6 août 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
ALPHONSE DE LAMARTINE
|Le XIXe siècle |- diversité de courants littéraires qui se succèdent/parfois coexistent : romantisme, réalisme, naturalisme, parnasse, symbolisme; |
| |-chronologiquement, inauguré par le romantisme ; |
|Le romantisme |-traits essentiels :|- l’attention accordée aux forces de l’affectivité, du désir, de la passion, |
| | |-la sensibilité préférée aux certitudes de la raison et de la science, |
| | |-la confusion du rêve et de la réalité ;|
| | |-l’exaltation du moi, |
| | |-la communion avec la nature et le cosmos, |
| ||-l’expérience du mal de vivre, de la nostalgie, de la mélancolie, |
| | |-les thèmes du génie et du sublime ; |
| |=essentiellement « le temps de la poésie » - Gaétan Picon ;|
| |=l’époque de poètes flamboyants, tel: Lamartine,Hugo,Vigny,Musset,Nerval,Gautier. |

Lamartine a réinventé la poésie, par une formidable opération de réduction : du langage poétique à la poésie lyrique, et du lyrisme au domaine le plus intime du moi. Dans un genre toutintellectuel où Descartes, Malebranche et Bossuet avaient coulé une pensée philosophique ou religieuse – la méditation, Lamartine offre le ruissellement généreux d’une noble sensibilité. Devant ce changement radical de l’univers poétique, Sainte-Beuve est en droit d’affirmer que, par cette introduction de la sensibilité dans la poésie, « on avait changé d’Olympe ». Lamartine, lui-aussi était conscientdu renouveau qu’il suscitait :« Je suis le premier qui ait fait descendre la poésie du Parnasse, et qui ait donné à ce qu’on nommait la Muse au lieu d’une lyre à sept cordes de convention, les fibres mêmes du cœur de l’homme ».

RECUEILS :

I. Les Méditations Poétiques(1820),Les Nouvelles Méditations (1823),Les Troisièmes Méditations(1849)
|-le poète y réunit |- pièces disparates ;|
| |-formes variées : longueur inégale (Chrétien mourant-24 vers et l'Homme -286 vers ) ; |
| |-strophes et mètres divers d'un poème à l'autre/à l'intérieur d'une même pièce ;|
| |- interrogations et exclamations, nombreuses qui reflètent la fébrilité de l'inspiration. |
| |-figures et allusions mythologiques - témoignent d'un goût pour le « beau style » classique. |

-les thèmes : -reflètent lesdéchirements et les contradictions de l'âme lamartinienne ;
-font l'unité du recueil.
I.1. La nature :
|- ressentie comme :  |-un refuge (le Vallon), |-une source d'apaisement (l'Automne),  |
| |-un recours (le Lac), |-un lieu privilégié de la communion avec Dieu (la...
tracking img