Langage et communication

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2044 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 25 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
T1. Languaje y comunicación. Competencia comunicativa y competencia lingüística. Disciplinas que estudian los procesos de comunicación.

Table de matières

0. Introduction: langue et langage

Pendant longtemps, les mots langue et langage ont indistinctement désigné tous les moyens utilisés pour communiquer (gestes, dessins, signes vocaux et codes de signaux de toutes sortes);confusion enterinée par l´usage, en anglais, d´un seul terme désignant ces deux réalité: langage. Les premières définitions de la linguistique moderne ne faisaient ainsi aucune distinction entre les deux. C´est le cas pour celle de Sapir (1921): “le langage est un moyen de communication purement humain et non instinctif pour les idées, les émotions et les désirs, pour l´intermédiaire d´un système desymboles sciemment crées”. Cette définition couvre aussi bien les faits de langue proprement dits que le système de signaux du code routier. Même cas pour la définition de Saussure (1916) : “une langue, c´est-à-dire, un système de signes distincts correspondant à des idées distinctes”.
Ce n´est donc que plus tard que les linguistes ont éprouvé le besoin de redéfinir l´objet de leur science.Ainsi, par exemple, Martinet (1960) désigne le langage comme la faculté qu´ont les hommes de s´entendre au moyen de signes vocaux. Ce langage humain se réalise sous la forme de langues diverses. Le mot langue indiquera seulement des systèmes de communication fondés sur l´emploi de ces signes vocaux.

Dans ce même sens, langage et communication ne sont pas synonymes. Le langage permet decommuniquer, c'est-à-dire de transmettre des informations ou d´exprimer des idées.
Ensuite, nous tenterons d´élargir ces deux concepts et de faire la différence entre les notions de compétence linguistique et compétence de communication.

1. Langage et communication

1. Le concept de communication

Le mot communication vient du latin “communis”, ce qui signifie “commun”, “mettreen commun”. Cet échange entre deux ou plusieurs individus présuppose l´existence d´un émetteur, d´un récepteur et d´un message, construit sur la base d´un code, commun à l´émetteur et au récepteur et véhiculé à travers un canal ou support. Historiquement ce sont les modèles élaborés par les spécialistes des télécommunications. De cette manière, le modèle jakobsonien4, qui sert de référence ànombre d´études linguistiques sur ce domaine, distingue dans tout processus de communication six facteurs; il introduit les notions de contexte ou référent et élargit la notion de canal, qui est à la fois canal physique et connexion psychologique:

[pic]

2. Les fonctions du langage

Chacun des facteurs antérieurs laisse des traces dans le processus de la communication, c´est queJakobson nomme les fonctions du langage. Il distingue ainsi:
• la fonction référentielle, qui marque la primauté du référent.
• la f. expressive, qui correspond à la trace de l´émetteur dans son message.
• la f. connative, qui marque l´orientation vers le récepteur.
• la f. phatique, reflétant les conditions de la communication.
• la f. méta-linguistique reflète deson côté la conscience que le locuteur a de son code.
• Reste, selon Jakobson, la fonction poétique qu´il définit comme étant l´accent mis sur le message pour son propre compte.

Or, le modèle jakobsonien semble réduire la communication à un simple mécanisme d´encodage/décodage d´informations véhiculées par un message censé être limpide et transparent, entre deux partenairespartageant un code parfaitement homogène, ce qui n´est pas tout à fait vrai.

En effet, entre la production d´un discours par un sujet et l´interprétation de ce discours par son interlocuteur il n´existe pas toujours une symétrie parfaite. Nous pouvons élargir le schéma traditionnel de la communication afin d´y intégrer, outre les composantes du schéma jakobsonien, des données concernant:...
tracking img