Le bagnard de l'opéra

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 16 (3921 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 22 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Thème n°2 Les êtres vivants dans leur milieu
Les objectifs :
Comprendre que les animaux et les végétaux vivent dans un milieu lorsque les facteurs qui le caractérisent correspondent à leurs besoins.

Ce qu'il faut savoir :
Les milieux
Recouvrant plus de 70% de la surface de la Terre, les mers et les océans abritent une flore et une faune d’une grande diversité. Ce milieu étendu et profondpeut être divisé en différentes zones selon les critères environnementaux considérés : la lumière : zone euphotique* ou éclairée et zone aphotique* où les rayons lumineux ne pénètrent plus à partir de 200 m de profondeur en moyenne. la profondeur et la distance de la côte : zone intertidale* subissant les marées*, zone néritique* au dessus du plateau continental et zone océanique* plus au large. laproximité du fond : zone benthique correspondant aux fonds marins et zone pélagique ou de pleine eau.

Division du milieu marin en zones d’après différents critères physiques.

Pour s’installer, survivre et se développer dans un environnement donné, tout organisme a besoin de facteurs écologiques* appropriés. Pour un facteur écologique* donné (ex : lumière, température,…), il existe unintervalle de valeurs pour lequel l’intensité des processus biologiques (ex : se nourrir, croître, se reproduire…) est positive. Au-delà de cet intervalle, l’intensité des processus biologique est nulle. Les différents paramètres du milieu (=facteurs écologiques*) vont influencer à la fois la répartition des êtres vivants, leur abondance et leur comportement. Par conséquent, chaque organisme habitel’écosystème* qui lui offre des conditions de vie optimales. Par exemple, si une espèce tolère de grandes variations de température, on la rencontrera sur une zone très étendue. Au contraire, l’espèce qui ne supporte que de très faibles variations a une aire de distribution réduite. Enfin, un facteur du milieu peut empêcher la réalisation complète d’une réaction ou d’un phénomène si il est trop éloignéde sa valeur optimale même si les autres facteurs sont optimum : il sera considéré comme le facteur limitant*.

Les mots suivis d’un astérisque sont définis dans le glossaire page 104

29

Les facteurs écologiques*
La vie de chaque être vivant est régie par deux principaux types de facteurs écologiques* qui sont les facteurs abiotiques* et les facteurs biotiques*. - Facteurs abiotiques* Cesfacteurs environnementaux sont d’ordre physico-chimiques. La température de l’eau : Elle varie selon la région (position par rapport à l’équateur), les phénomènes climatiques et la profondeur d’eau. La capacité calorique de l’eau est beaucoup plus importante que celle de l’air : 1m3 d’eau à 30°C stocke 500 fois plus de chaleur qu’un même volume d’air à même température. C’est le facteur abiotiquequi a le plus d’influence sur la plupart des réactions chimiques de l’organisme (Ex. enzymes pour la digestion). On distingue alors deux types d’animaux : les homéothermes*, dont la température corporelle se maintient à un niveau constant quelle que soit la température extérieure (mammifères, oiseaux…) les hétérothermes*, dont la température interne varie en fonction de celle du milieu. Laplupart des organismes marins étant hétérothermes (poissons, tortues …), leur croissance, leur développement et leur activité vont dépendre de la température environnante. La température a aussi une influence sur d’autres facteurs comme la teneur en oxygène, facteur limitant* pour la survie des individus.

Distribution de la température à la surface des océans (°C) en fonction de la latitude et de lalongitude, selon des moyennes annuelles. (source : Olivier Le Calvé)

La lumière : Elle agit sur différents processus biologiques (distribution des organismes, locomotion, reproduction, croissance…). L’énergie solaire qui en découle sert de ressources aux végétaux chlorophylliens. Les rayons du soleil, parce qu’ils sont diffusés et absorbés rapidement dans l’eau, ne pénètrent pas au-delà de...