Le bagne tpe

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1036 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
LE BAGNE DANS LA LITTERATURE

Approche des bagnes

1.Le bagne

C'est particulièrement un lieu de détention aux conditions de vie difficile et où sont internés les forçats après la suppression de la peine des galères (le 27 septembre 1748). Cette sentence, de durée variable de 3 à 10 ans ou perpétuité, condamne les prisonniers à porter des chaînes et des entraves. Ces dernierssont fouettés sur la place publique, sont marqués aux fer rouge, subissent des mutilations du nez et des ablations des oreilles.

2. Le bagne dans la réalité

De 1748 à 1854, les bagnes sont situés prioritairement en Métropole. Ce n'est seulement en 1852 que le gouvernement français crée les bagnes en Cayenne, de Saint-Laurent du Maroni et de l'Ile du Diable pour 60000 hommes etennemies politiques. Une loi déclaré le 27 mai 1785 proclame la déportation de milliers de délinquant récidiviste en Guyane. Les bagnards étaient transférés en Guyane pour cause de colonisation plus que désastreuse. Les Bagnes coloniaux sont remplacé par des maisons de correction et les peines supprimé en 1938.
Convoqués tout d’abord par la justice, le bagne a été conçut pour les hommes ayant commisde grandes infractions (meurtres, vols de haute valeur, trafic, attentats, des politiques) etc...
Leurs condamnations étaient soit composés d'amende, d'année de prison, de bagne et de peine de mort. Les condamnés les moins qualifiés ou jugés particulièrement dangereux sont envoyés dans les camps agricoles et forestiers, parmi lesquels on peut citer les Roches de Kourou, la Montagne d’Argent,Passoura. Ils sont aussi employés à la construction des routes (dont la tristement célèbre route coloniale n°1, entre Cayenne et Saint-Laurent). Les individus jugés comme incorrigibles sont internés dans un camp forestier, Charvein, et après 1909, au camp de Godeberg. Les Iles du Salut sont composés de trois îles: L’île du Diable, après avoir abrité des transportés puis des lépreux, est désaffectée,réservée aux condamnés politiques. L’île Royale est le lieu d’internement des condamnés les plus dangereux. On y trouve aussi un hôpital et des bâtiments administratifs. L’île Saint-Joseph est réservée à la réclusion et à l’asile d’aliénés.A la fin du XIXe siècle, le gouvernement trouve enfin sa méthode pour définir son déroulement. Une à deux fois par an, les navires Loire puis le La Martinière(entre la Première et Seconde Guerre Mondiale) transfèrent, par effectif de 600 à 700 bagnards, les condamnés rassemblés à Saint-Martin de Ré vers Saint-Laurent-du-Maroni a acquérit le statut de capitale pénitentiaire qui compte aussi les Iles du Salut, le camp de la relégation à Saint-Jean-du-Maroni, l’îlot Saint-Louis pour les lépreux, des camps forestiers à la traumatisante réputation, celui deKourou moins meurtrier et Cayenne où se retrouvent plutôt les forçats libérés mais expatriés à vie en Guyane.
Les manquements à la discipline relèvent de commissions disciplinaires. Les peines encourues sont la cellule et le cachot. Quant aux crimes et délits commis en cours de peine, ils sont jugés d’abord par des conseils de guerre puis, après 1889 par le Tribunal maritime spécial. Les peinesinfligées sont la réclusion cellulaire, les travaux forcés et la peine de mort pour les crimes de sang.
L'armée du salut aidera les derniers bagnards a regagnés la France métropolitaine de 1945 à 1948. En 1953, la fin du Bagne se proclama.

Les bagnes source d'inspiration littéraire
1. Dans quelles œuvres parle-t-on des bagnes ?
A commencement du romantisme jusqu'au étendu dumouvement social, plusieurs écrivains ont puisés leurs inspirations dans des histoire véridique venant des périple du Bagnes. Les oeuvres les plus connus sont « Les misérables » de Victor Hugo, « Le ventre de Paris » d'Emile Zola et «  Papillon » d'Henri Charrière.


2. Une vision négative du bagne


III. Papillon d'Henri Charrière

1. Biographie
Henri Charrière est...
tracking img