Le barbier

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1086 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
BEAUMARCHAIS,

Le Barbier de Séville



1. Situation du texte

Beaumarchais commença la rédaction du Barbier de Séville en 1765. La pièce, qu’il destinait à l’origine aux comédiens italiens et qui devait prendre la forme d’un livret d’opéra-comique (d’où le rôle joué dans l’intrigue par Bazile, le maître à chanter, et par la partition « La Précaution inutile ») fut finalement montéepour la première fois par la comédie française en 1775 et remporta bientôt un vif succès. Il fallut attendre 1782 puis 1816 pour que Giovanni Paisiello puis Rossini la mettent en musique.

Le Barbier de Séville est le premier volet d’une trilogie composée du Mariage de Figaro (1783) et de La Mère coupable (1792) par laquelle Beaumarchais entend « ramener au théâtre l’ancienne et franche gaieté, enl’alliant avec le ton léger de notre plaisanterie actuelle. » Alors que dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, on se méfie de l’énergie contestataire du rire et on le cantonne au genre subalterne de la farce, Beaumarchais le met au service de grandes comédies satiriques.

2. Une scène de retrouvailles

Le Comte Almaviva, tombé amoureux de la jeune Rosine, est prêt à tout pour l’arracher àBartholo, son vieux tuteur, qui a le projet de l’épouser. Tandis que, déguisé, il fait le guet sous les fenêtres de sa maîtresse qu’il a suivie à Séville, il tombe à point nommé sur son ancien valet Figaro aussitôt prêt à se remettre à son service. Cette scène de retrouvailles présente le double avantage pour Beaumarchais de mettre à profit le temps mort dramatique qu’aurait pu constituerl’attente du Comte et d’intégrer naturellement à la pièce le premier morceau de bravoure de son protagoniste Figaro.

En plaçant le Comte sous les fenêtres de Rosine, Beaumarchais s’empare d’une situation amoureuse typique. Cependant, il retarde la « scène à faire », celle du tête à tête amoureux en faisant intervenir inopinément Figaro. Le Comte voit en lui à la fois un intrus et un adjuvant potentieldans son scénario amoureux. Beaumarchais sait rendre leur dialogue naturel. Les répliques sont courtes, les digressions retardent la progression de la conversation (l. 8 et 32, Almaviva interroge Figaro sur sa présence à Séville) et les interruptions sont fréquentes : l.6, Figaro coupe court aux accusations de son ancien maître ; l.10, 14, et 55, le Comte fait taire son valet lorsqu’il croitapercevoir Rosine ou son tuteur.

Le récit autobiographique de Figaro constitue un premier vrai morceau de bravoure : en une phrase qui s’étale de la ligne 34 à 49, Figaro procède à l’énumération de ses péripéties. Sa vie a tout de celle d’un « picaro », type d’aventurier malhonnête et rusé emprunté à la littérature espagnole (à l’instar de Lazarillo de Tormes) qui tente sa chance d’une ville àl’autre.

Par sa tirade, il manifeste dès le début de la pièce son goût de l’intrigue et des entreprises risquées, qui lui ont déjà valu des revers de fortune (voir les antithèses « accueilli » / « emprisonné », « loué » / « blâmé ») et l’ont obligé à quitter Madrid (Beaumarchais doit rendre vraisemblable sa présence à Séville).

3. La satire sociale

Si l’intrigue se déroule par convention enEspagne, Beaumarchais s’en prend en réalité à la société française. C’est d’abord le monde des lettres et son goût de la « cabale » qui fait les frais de ses traits d’esprit. Figaro a beau être au courant des procédures malhonnêtes dont usent les auteurs pour s’assurer de leur succès (on notera, l. 15 à 26, l’effet comique que produit la caricature des spectateurs dont on achète la bienveillancegrâce à la comparaison hyperbolique « des mains… comme des battoirs » et à la périphrase incongrue, les « plus excellents travailleurs »), il a tout de même constaté comment la critique avait le pouvoir de faire d’une pièce nouvelle un succès ou un échec : l’accumulation, les comparaisons animales et le champ lexical de la prédation (l. 35-40), déshumanisent ses détracteurs et assombrissent...
tracking img