Le bel avenir des astrologues (article intégral)

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1050 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 16 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Le bel avenir des astrologues

Par Catherine Guigon
publié dans L'Histoire n° 271 - 12/2002  Acheter L'Histoire n° 271  +

Un Français sur deux considère l'astrologie comme une science. Les hommes politiques eux-mêmes n'hésitent pas à consulter les astres, ni à faire appel à des voyantes et à des sorciers ! L'irrationnel a de beaux jours devant lui...

[pic]

Ce n'est pas demain que lesastres seront en berne, les constellations silencieuses, les tarots et les pendules jetés aux orties, les boules de cristal ternies et l'avenir occulté ! Plus de 50 000 astrologues, numérologues, voyant(e)s, cartomancien(ne)s ou médiums exerceraient aujourd'hui leurs talents dans l'Hexagone. L'offre répond à une forte demande : 10 millions de Français auraient eu recours à la divination durant ladernière décennie, engendrant un chiffre d'affaires d'environ 3 milliards d'euros...

Quitte à chagriner Descartes en son séjour dans l'Au-delà, force est de constater que l'irrationnel se porte bien. En témoignent l'intérêt accordé aux horoscopes (omniprésents dans la presse populaire), le succès des sites de voyance en ligne répertoriés dans un « Annuaire critique du Net astrologique » et lefort tirage des ouvrages spécialisés.

Plus remarquable encore est la confiance dont nos concitoyens font preuve à l'égard de l'astrologie. Un Français sur quatre affirme croire dans le pouvoir de prédiction des astres ; un sur trois considère que les planètes jouent un rôle déterminant dans le caractère individuel et le profil psychologique. Et un sur deux environ considère l'astrologie commeune science à part entière. Selon un sondage Eurobaromètre effectué dans les États membres de l'Union européenne en juin 2001, 52 % des Européens la classent derrière la biologie (88 %) ou les mathématiques (72 %), mais avant l'économie (42 %) ou l'histoire (33 %).

Une autre étude consacrée à « La science et les jeunes » et publiée par La Recherche dans son numéro 359 de décembre 2002 conforteces résultats : pour 35,5 % des 15-25 ans interrogés, tous niveaux de formation confondus, l'astrologie apparaît bel et bien comme une science entre la sociologie (38,9 %) et l'écologie (31,2 %).

Les enquêtes bousculent aussi quelques idées reçues. Le taux de croyance, par exemple, ne diminue pas avec le niveau d'études. Au contraire. Les classes dites « moyennes à dominante intellectuelle »(étudiants, instituteurs, employés et cadres) comptent parmi les plus convaincues. Les femmes et les jeunes également.

Faut-il nier l'évidence ? L'astrologie, comme la voyance et tout autre recours au surnaturel, constitue un véritable phénomène de société. Pourtant, Germaine Hanselmann, plus connue sous le nom d'Élisabeth Teissier, la célèbre astrologue, a semé le vent et récolté la tempête ensoutenant sa thèse de doctorat en sociologie à l'université Paris-V sur « La situation épistémologique de l'astrologie à travers l'ambivalence fascination-rejet dans les sociétés postmodernes ». Elle a été reçue sous un tonnerre d'applaudissements, le 7 avril 2001, avec une mention « très honorable » du jury, mais sans obtenir les « félicitations » qui lui auraient ouvert la voie du professorat.
Cen'en fut pas moins un tollé, un scandale, amplifié par une médiatisation extrême. En d'autres temps, la vieille Sorbonne aurait condamné la sorcière au bûcher ! Peut-être aurait-il mieux valu élargir le débat et chercher à comprendre. Le déclin des idéologies n'aurait-il pas laissé le champ libre à l'irrationnel ? Au développement des sectes ? Au retour du fidèle ange gardien ? Face à la peur del'avenir et devant l'ampleur de la fracture sociale, consulter un(e) voyant(e) relève pratiquement de la psychothérapie.
Mieux (ou pis) : l'irrationnel aurait également fait main basse sur la res publica, la « chose publique ». L'intérêt que portait François Mitterrand à l'astrologie, au point d'avoir quotidiennement sollicité les oracles pendant la guerre du Golfe, en janvier 1991, est à...
tracking img