Le bizutage

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (758 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 8 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
LE BIZUTAGE

Sommaire :

I. Introduction

II. Le Bizut

III. L’auteur du Bizutage

IV. Loi contre le bizutage

V. Aspects positifs et négatifs duBizutage

VI. Conclusion

I. Introduction

Le bizutage ou initiation est un ensemble de pratiques épreuves ou traitements ritualisées, destiné à symboliser l'intégration d'une personne au seind'un groupe social particulier : étudiants, militaires, professionnels, etc. Ce genre de pratiques a souvent fait l'objet de l'attention des médias, suite à des incidents, ou plus simplement de parla nature dégradante et humiliante de certains bizutages.
  Ses origines remontent au XIIe siècle. A l’université de Paris, le « béjaune », ancêtre du bizut était soumis à des rites initiatique où laviolence et l’humiliation, le sexe et l’alcool étaient à l’honneur. Cette tradition c’est perpétuée durant le Moyen-âge et l’époque moderne avant de disparaître dans la tourmente révolutionnaire de1789.
    En 1804, des élèves de Polytechnique ressuscitent les mœurs médiévales et inventent le « bahutage ».  Pour les écoliers ou les Polytechniciens, le but est de souder les élèves au sein deconfrérie secrète aux règles strictes afin de faire face à une administration détestée. Au XIXe siècle, cette administration mènera d’abord une lutte sans merci contre les auteurs du bahutage. Mais par lasuite autorisera les brimades. Parallèlement, ces cérémonies s’étendent en restant toutefois limitées aux écoles militaires, aux facultés et aux écoles de beaux-arts.
    On situe généralementl’apparition du mot « bizut » dans la langue française vers 1843, c’est un dérivé de « besogne » lequel signifie jeune recrue d’origine espagnole. Au cours des années 60, les cérémonies de bizutage finissentpar tomber plus ou moins en désuétude. Mais en 1985, Polytechnique renoue avec la tradition.
    Actuellement, une grande partie de l’enseignement supérieur la connaît de même que l’enseignement...
tracking img