Le boeuf : est-il souhaitable de ne plus en manger et à quelles conditions

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1369 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 31 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Note de synhèse – ethique entreprise et société
MORICE Martin
ROUDAUT Yann
A l’attention de Mr E. MARAIS

Le Bœuf : est-il souhaitable de ne plus en manger, et à quelle conditions.

Aujourd’hui la consommation de viande est de plus en plus contestée par certaines personnes. On remarque de plus en plus dans les médias des reportages, des articles de presse traitant de ce sujet. Le bœuf estsouvent mis en avant, car il regroupe à lui seul les principaux arguments négatifs des détracteurs de la consommation de viande.
Afin de ne pas tomber dans un parti pris trop radical et trop extrême par rapport aux réalités d’un sujet, il est important de pouvoir dégager une pensée autonome par rapport à celui-ci. Cela a pour but de prendre en compte les éléments qui font consensus, des préceptesqui ont conduit à la situation actuelle, et des impactes que pourrait avoir une modification de ces thématiques.
Si la viande de bœuf à fait son apparition dans les médias, il y a bien une raison à cela. La polémique est venue en même temps que les questions environnementales, de santé, et de la faim dans le monde.
Nous allons voir dans cette note de synthèse, soutenue par des documentsspécialisé, comment en sommes nous arrivé à pouvoir consommer régulièrement de la viande bovine ? Quels sont les impactes de la production de viande bovine sur l’environnement ? Et finalement quels pourraient être les impactes qu’aurait une diminution de la consommation de viande bovine sur nos sociétés.

I – Comment sommes nous arrivé à manger 25,4 kg de viande bovine/an.
(1)

Les deux dernierssiècles ont étés riches en évolution et en avancées technologique. Ces évolutions ont fortement modifiées les comportements, les modes de vie et la façon de penser des humains. L’agriculture n’est bien sûr pas restée à l’écart de ces évolutions et a su faire face aux nouvelles attentes des populations. Dans le cas du bœuf, on peut se demander comment en est on arrivé aujourd’hui à pouvoir consommerrégulièrement de la viande bovine.
Aux 16, 17 et 18ème siècles, l’élevage était très mal considéré car on l’accusait d’occuper la place de terres cultivables. Le blé était alors la nourriture de base des hommes. Dans le contexte d’accroissement démographique de l’époque, et des pratiques culturales (assolement triennal), le moindre espace de terre était nécessaire pour lutter contre les faminesrécurrentes à l’époque. Ce mode de gestion des cultures moyenâgeux à été dénoncé au 18ème siècle par les physiocrates(2). Un courant de pensée qui s’est heurté aux castes dirigeantes des états et notamment de napoléon Bonaparte. Leur idée était la suivant : « Avec des prairies artificielles on a des fourrages, qu’avec des fourrages on a des bestiaux, qu’avec des bestiaux on a des engrais, et qu’avecdes engrais on double le produit de champs » (3). Les gens consommaient néanmoins un peu de viande bovine. L’origine de celle-ci provenait principalement des bœufs de réforme très amaigris qui servaient pour le labour ou le transport.
C’est au 19ème siècle que les habitudes de consommation on commencer à se modifier, parallèlement à la révolution industrielle. Cela a conduit à une urbanisationmassive et une augmentation du revenu de ces citadins, permettant une plus grande diversité alimentaire et une diminution de la part du pain dans l’alimentation. L’agriculture c’est adapté à ces nouvelles demandes, et c’est à cette époque que les différentes régions ont commencées à se spécialiser. C’est ainsi que l’élevage bovin à commencé à se développer plus fortement dans les régions de l’Ouestplus herbagères, moins propices à la production de blé. Cela a été permis par le développement des réseaux de transport et l’apparition de nouvelles techniques culturales. On peut maintenant utiliser des prairies artificielles avec des plantes tel que les betteraves, le trèfle, la luzerne, qui n’épuisent pas les sols, augmentent les rendements en blé et permettent de nourrir des bovins.
La...
tracking img