Le bonheur est-il un droit ?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 19 (4705 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 11 mai 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Le bonheur est-il un droit ?

INTRODUCTION:

Le «bon heur», en ancien français, désigne le bon hasard, le sort favorable. L'étymologie suggère donc que le bonheur serait caractérisé par sa contingence, par sa dépendance à l'égard de la fortune. Les philosophes grecs, en revanche, le faisaient reposer sur le savoir et la vertu. Pour être heureux, selon eux, il faut posséder la sagesse.S'il dépend de mon effort d'être heureux, alors je suis responsable de mon propre bonheur, et ne puis m'en prendre qu'à moi-même si j'échoue à le trouver. Je ne peux pas le réclamer comme s'il s'agissait d'un droit, c'est-à-dire d'un dû. Mais si le bonheur dépend du hasard des circonstances, je ne suis pas davantage fondé à l'exiger. S'il dépend du hasard, il ne peut être qu'un fait, tandis que ledroit suppose une rectitude, un ordre et une volonté, une fin consciente. Or le hasard est aveugle, je ne peux rien en exiger. Quel que soit le cas, le bonheur ne serait donc pas un droit. A qui pourrais-je bien le réclamer? C'est peut-être seulement si le monde est gouverné, non par la fortune aux yeux bandés, mais par une divinité bonne et intelligente, que le bonheur peut être espéré à titrede récompense. C'est donc seulement, semble-t-il, dans une perspective religieuse que le bonheur pourrait être exigé.

I. Le bonheur comme récompense divine?

«Une somme de bonheur est due à chaque individu (...) Si peu que l'on m'en prive, je suis volé» (Gide, les Nouvelles nourritures). De qui pourrais-je bien attendre le bonheur, sinon de Dieu? Dieu seul semble avoir la puissanced'accorder le bonheur à ceux qu'il élit.
Mais une telle attente repose sur une hypothèse qu'il serait hasardeux de tenir pour vraie. Que Dieu existe, cela est un article de foi, non une certitude. Par conséquent, l'idée que je reçois mon bonheur de Dieu ne peut convenir qu'à ceux qui croient. Mais même un croyant peut suspecter cette idée de reposer sur une illusion. L'homme, trouvant autour de luitous les objets nécessaires à sa survie, a naturellement tendance à penser que ces objets ont été mis à sa disposition par une divinité bienveillante. Mais, si Dieu existe, peut-il se soucier de notre bonheur?

1. Dieu se soucie-t-il de nous?

Croire que Dieu s'est soucié de nous en créant le monde, c'est peut-être se tromper sur la nature de Dieu. Si Dieu existe, peut-il se soucier denotre bonheur? C'est incompatible avec sa nature même selon Lucrèce .
Prétendre que c'est pour les hommes que les dieux ont voulu préparer le monde et ses merveilles; qu'en conséquence leur admirable ouvrage mérite toutes nos louanges; qu'il faut le croire éternel et voué à l'immortalité; que cet édifice bâti par l'antique sagesse des dieux à l'intention du genre humain et fondé surl'éternité, il est sacrilège de l'ébranler sur les bases par aucune attaque, de le malmener dans ses discours, et de vouloir le renverser de fond en comble; tous ces propos, et tout ce qu'on peut imaginer de plus dans ce genre ne sont que pure déraison. Quel bénéfice des êtres jouissant d'une éternelle béatitude pouvaient-ils espérer de notre reconnaissance, pour entreprendre de faire quoi que ce soiten notre faveur? Quel événement nouveau a pu les pousser, après tant d'années passées dans le repos, à changer leur vie précédente? Sans doute la nouveauté doit plaire à ceux qui souffrent de l'état ancien. Mais celui qui n'avait point connu la souffrance dans le passé, alors qu'il vivait de beaux jours, quelle raison a pu l'enflammer d'un tel amour de la nouveauté? Et pour nous quel mal yavait-il à n'être pas créés? Croirai-je que la vie se traînait dans les ténèbres et la douleur, jusqu'à ce qu'elle eût vu luire le jour de la création des choses? Sans doute, une fois né, tout être tient à conserver l'existence, tant qu'il se sent retenu par l'attrait du plaisir. Mais pour qui n'a jamais savouré l'amour de la vie, et qui n'a jamais compté parmi les créatures, quel mal y a-t-il à...
tracking img