Le bonheur

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2084 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 9 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Ce livre de Richard Layard, comme son nom l'indique, a pour sujet le bonheur. Il est centré sur le paradoxe suivant : depuis 50 ans, la prospérité dans les pays développés a pratiquement quadruplé : pourtant, les gens ne sont pas plus heureux aujourd'hui qu'à l'époque. Comment expliquer ce phénomène? L'objectif de Layard est alors de détailler ce constat, à l'aide des connaissances récentes surle bonheur et les facteurs qui le produisent. Dans un second temps, l'auteur expose les moyens par lesquels il serait possible d'organiser la société de façon à accroître le bonheur des gens.
Dans les premiers chapitres, Layard expose ce qu'est le bonheur et comment il se mesure : par le sentiment de bonheur, mesuré en interrogeant les gens, mais aussi à l'aide de l'imagerie médicale du cerveau.Il est également possible d'utiliser des mesures indirectes (variation du nombre de souffrances psychologiques, taux de suicide...). Après cette description, il expose le constat central de son livre : selon tous les indicateurs, et malgré l'enrichissement considérable que nous avons connu, les gens ne sont aujourd'hui pas plus heureux qu'autrefois dans les pays développés : ils le sont même plutôtun peu moins. La prospérité accrue ne rend donc pas les gens plus heureux. Les facteurs affectant réellement le bonheur sont dans l'ordre les relations familiales, la situation financière, le fait de travailler, les relations communautaires et amicales, la santé, les libertés personnelles et les valeurs individuelles.
Or ces différents facteurs, selon l'auteur, ont été mis à mal au cours destrente dernières années. Hausse des divorces, hausse de la criminalité, baisse de la confiance générale envers les autres, affaissement de la vie sociale remplacée par la télévision, compétition accrue entre individus, affaissement des valeurs. Et sur le plan économique? L'essor du chômage et l'insécurité professionnelle ont accru le malheur général; mais aussi, la recherche d'enrichissementpersonnel est devenu une "course au statut" dans laquelle chacun veut s'enrichir pour être mieux, ou au même niveau, que son voisin. Il en résulte une dissatisfaction générale : si je m'enrichis pendant que mon voisin ne s'enrichit pas, je suis peut-être satisfait, mais c'est au détriment de ce dernier qui sera insatisfait; au total, l'effet est négatif (car le déplaisir d'avoir moins que son voisin estinférieur au plaisir d'avoir plus que celui-ci).
Il faut donc, d'après l'auteur, reconstruire la société autour du principe de bonheur. Reprenant la philosophie utilitariste de Jeremy Bentham, il prône de faire du bonheur maximal le nouveau but de nos sociétés, et propose des moyens d'y arriver. En matière économique, il reproche aux économistes d'avoir mis le bonheur de côté pour ne s'intéresserqu'à la prospérité matérielle. Prendre en compte celui-ci exigerait de constater, à propos d'inégalités, que l'argent est une moindre source de satisfaction pour les riches que pour les pauvres; que la situation des autres influe sur la notre et sur notre satisfaction; que nous présentons une aversion à la perte; et que nous pouvons parfois nous comporter de façon irrationnelle.
L'auteurconsidère la question de la course pour le statut, qui fait de la recherche d'un revenu sans cesse supérieur une source d'externalité négative : chaque fois qu'une personne s'enrichit, elle réduit la satisfaction des autres qui vont devoir suivre. Pour compenser cela, il faut taxer les revenus; il faut également encourager les gens à coopérer plutôt que de les lever les uns contre les autres par dessystèmes de rémunération individualisés; il faut enfin s'inquiéter des conséquences de la mobilité au travail, qui si elle contribue à l'enrichissement général nuit aux communautés humaines. Il faut par ailleurs réduire les risques économiques subis par les individus, au premier rang desquels le chômage. L'Etat doit mener aussi une politique familiale active, visant à éviter les ruptures dans les...
tracking img