Le bonheur

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1682 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 26 octobre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
La tradition philosophique occidentale oppose les optimistes, pour qui le bonheur comme "état de satisfaction totale" est possible (Spinoza, Montaigne, Diderot), voire facile (Épicure) et les pessimistes pour qui il est difficile (Rousseau), voire impossible (Pascal, Schopenhauer, Freud). D'autres comme Kant condamnent la recherche du bonheur (comme s'opposant à la morale) ou comme Nietzsche lacritiquent comme une fuite devant le tragique de la réalité, lui préférant l'expérience de la joie.

Épicure (3eme s. av JC) [modifier]

Le bonheur est le plaisir en repos de l'âme (sérénité) qui naît spontanément de la satisfaction des besoins naturels et nécessaires, dont les deux plus importants sont, outre la sécurité et la santé, la sagesse et l'amitié. "Il est impossible d'être heureuxsans être sage".

Blaise Pascal (1623-1662) [modifier]

"Tous les hommes recherchent d'être heureux.(...) C'est le motif de toutes les actions de tous les hommes. Et cependant, depuis un si grand nombre d'années, jamais personne, sans la foi, n'est arrivé à ce point où tous visent continuellement" Pensées (1670)

Baruch Spinoza (1632-1677) [modifier]

Toute l'Éthique de Spinoza est uneexplication du chemin pour se libérer de la souffrance due aux passions et à vivre dans le bonheur par plus de sagesse. "Le bonheur consiste à bien agir et être dans la joie".

Emmanuel Kant (1724-1804) [modifier]

Le bonheur est un thème que Kant a traité tout au long de son œuvre. De l’ensemble de ses écrits, il est possible de dégager une véritable doctrine kantienne du bonheur.
1 Qu’est-ce quele bonheur ? La notion même de bonheur pose d’abord un problème, car le contenu concret (empirique) en est impossible à cerner.
« Le concept de bonheur n’est pas un concept que l’homme abstrait de ses instincts et qu’il extrait en lui-même de son animalité, mais c’est une simple Idée d’un état, à laquelle il veut rendre adéquat cet état sous des conditions simplement empiriques (ce qui estimpossible) » [1]
Tel que nous le concevons spontanément, le bonheur supposerait que nous puissions satisfaire tous nos désirs, pleinement et sans interruption :
« Le bonheur est la satisfaction de toutes nos inclinations (tant extensive, quant à leur variété, qu’intensive, quant au degré, et aussi protensive, quant à la durée) » [2] . … le programme est irréalisable !
Chacun, sous l’impulsion de sanature, est cependant porté à rechercher son propre bonheur. Mais du fait de l’irréalisme du contenu du concept, quiconque veut se donner comme impératif dans la vie de se consacrer effectivement à cette recherche sera bien embarrassé :
« Le concept de bonheur est un concept si indéterminé, que, malgré le désir qu’a tout homme d’arriver à être heureux, personne ne peut jamais dire en termesprécis et cohérents ce que véritablement il désire et veut. La raison en est que tous les éléments qui font partie du concept de bonheur sont dans leur ensemble empiriques, c’est-à-dire doivent être empruntés à l’expérience, et que cependant pour l’idée du bonheur, un tout absolu, un maximum de bien-être dans mon état présent et dans toute ma condition future est nécessaire. Or il est impossible qu’unêtre fini si perspicace et en même temps si puissant qu’on le suppose se fasse un concept déterminé de ce qu’il veut véritablement. .. Richesse ? ….Connaissances ? … Longue vie ? .. Santé ? … Il n’y a donc pas à cet égard d’impératif qui puisse commander au sens strict du mot de faire ce qui rend heureux, par ce que le bonheur est un idéal non de la raison mais de l’imagination. » [3]
Tout celan’empêche pas bien sûr que chacun ait pour premier mouvement naturel de se mettre à la poursuite de son bonheur propre.
2 Bonheur et devoir :
2a Le bonheur comme fin :
Le devoir découle de l’impératif catégorique :
« Il n’y a qu’un impératif catégorique et c’est celui-ci : Agis uniquement d’après la maxime qui fait que tu puisses vouloir en même temps qu’elle devienne une loi universelle. »...
tracking img